Les Administrateurs civils soutiennent l’Acte 3

L’Amicale des administrateurs civils de Sénégal (Aacs) a organisé, avant-hier, un séminaire pour apporter sa contribution à la réussite de l’Acte III de la décentralisation. Son président, Ibrahima Guèye, a, fait part aux représentants du gouvernement que «les administrateurs ne sauraient rester en marge des réflexions» portant sur les politiques, et singulièrement sur l’Acte III de la décentralisation. «Comme toute réforme fondamentale, l’Acte III de la décentralisation doit passer inévitablement, pour son succès, par un diagnostic exhaustif, participatif et sans complaisance, de l’existant, c’est-à-dire de la première phase, en vue d’une bonne capitalisation des meilleures pratiques et expériences en vigueur, ici, et ailleurs, mais également d’une identification fine des contraintes et des dysfonctionnements en vue de leur correction. Une telle démarche critique, mais constructive, est de nature à garantir l’efficacité de la mise en œuvre de cette réforme», a fait savoir M. Guèye.
Et d’ajouter : « Nous recommandons fortement au gouvernement sur cette question, comme d’autres intéressant nos politiques, publiques, de les associer ou de les impliquer davantage». Selon Ibrahima Guèye, la concertation et la coopération sont primordiales dans cette réforme qui est l’affaire de tous. De son côté, le ministre du Commerce, Alioune Sarr, qui assure l’intérim de son collègue, Abdoulaye Diouf Sarr, en charge de la gouvernance locale, a décliné les attentes du gouvernement pour ce séminaire qui aborde, entre autres thèmes, le nouveau dispositif du financement, les nouveaux transferts de compétences, les pôles territoires, la territorialisation des politiques. «La gestion d’un changement de cette nature ne se fait pas sans difficultés. L’important est de bien les identifier, de les analyser et de leur apporter les solutions appropriées, de façon à maintenir le cap sur les territoires», a-t-il dit.