L’envoi de soldats en Arabie Saoudite à la Une des quotidiens du mercredi

La polémique suscitée par la décision d’envoyer des soldats sénégalais en Arabie Saoudite, dans le cadre de l’opération ‘’Tempête décisive’’, et le forum sur les financements des partenariats de type public-privé sont les principaux sujets au menu des quotidiens parus mercredi.
Faisant état d’une ‘’levée de boucliers de l’opposition et de la société civile contre l’envoi’’ de soldats sénégalais au ‘’front saoudien’’, Sud Quotidien titre : ‘’+Tempête+ sur Macky’’.

Dans le journal, Babacar Gaye du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) soutient que le Sénégal ‘’ a autre chose à faire que de mettre en danger la vie de 2.100 jeunes sénégalais’’.

La Tribune ouvre avec ces propos du Gand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop, ‘’Le Yémen est un mouroir’’. Sur le même sujet toujours, Pape Samba Mboup, du PDS, estime que ‘’Macky Sall est en train de monnayer l’envoi de soldats contre des pétrodollars’’.

Le Quotidien évoque les ‘’coûts’’ et ‘’coups’’ d’un ‘’hadji’’. Selon le journal, ‘’une mobilisation de 2.100 soldats en Arabie Saoudite ne sera pas sans conséquence dans la stratégie de présence des soldats sénégalais sur des théâtres d’opérations comme la Casamance et le Mali’’.

‘’Toutefois, ce déploiement est une aubaine pour les jeunes soldats qui veulent faire carrière dans l’armée’’, ajoute Le Quotidien.

Les journaux s’intéressent également au Forum sur le financement des partenariats de type public-privé (PPP) ouvert mardi à Dakar par le chef de l’Etat.

Macky Sall a indiqué que le secteur privé est le principal partenaire du Plan Sénégal émergent (PSE), rapporte Le Soleil, ajoutant que le président de la République a invité l’administration à ‘’s’adapter à la dynamique du développement’’.

A propos de ‘’la qualité et de la célérité dans l’exécution des projets’’, Walfadjri sign ale que ‘’Macky Sall tance le privé national et savonne l’administration’’.

Lors de cette réunion, Macky Sall a fait dans ‘’la critique’’ et ‘’l’autocritique’’, relève Le Populaire, citant le chef de l’Etat qui affirme : ‘’Je sais m’arrêter et rectifier’’. Le Populaire souligne que le chef de l’Etat ‘’veut une administration de développement et non pas de commandement’’.

 »Dans notre administration, on pense que le chef doit s’asseoir sur un fauteuil plus haut, les autres en bas. C’est révolu cette époque. Il faut que nous changions de méthode », a dit Macky Sall.