Le village de Montréal au Sénégal reçoit l’Ambassade du Canada

Ce 20 février 2016, UNE DELÉGATION DE L’AMBASSADE DU CANADA a Dakar au Sénégal, se rendra dans le village de Montréal dans la commune de Thiel au Sénégal,

Cette délégation participera a la pose de la pierre de la première pierre du Centre hospitalier Christine Sasseville.
Portait de la zone où se Montréal au Sénégal
Montréal au Sénégal se trouve se trouve dans la commune de Thiél (Département de Linguère) au nord du Sénégal. Cette vaste commune est essentiellement caractérisée par un manque chronique d’infrastructures de base. En plus de la rareté de l’énergie, l’absence quasi-absolue de réalisations de projets socio-économiques tels que des adductions d’eau et les centres de santé constituent les contraintes majeures de ce milieu avec un fort potentiel économique mais très pauvre. L’approvisionnement en eau a toujours été un problème majeur dans cette zone. La population de ce milieu est constituée essentiellement d’éleveurs. Cette dernière survit grâce à l’agriculture mais principalement à l’élevage. L’absence d’autres activités génératrices de revenus fait en sorte que la population n’a d’autres choix que de s’occuper de son bétail, qui constitue sa principale source de revenu. C’est pour quoi c’est important pour cette dernière que leur bétail survit surtout en période sèche qui s’étend de novembre à juillet. Pendant cette très dure période de l’année, la température dépasse régulièrement les 35 degrés Celsius. La chaleur y est accablante et elle fait beaucoup de victimes. Se désaltérer pour tous les êtres vivants devient une préoccupation majeure et constante dans ce milieu. Ces éleveurs et leur bétail font parfois de plus de 10 à 15 km pour aller chercher le liquide précieux dans différents points d’eau. La souffrance des humains et des animaux due au manque criard d’eau est très visible dans cette zone. La population souffre de malnutrition et toutes autres maladies liées à la déshydratation. L’augmentation récente et fulgurante de maladies chroniques telles que le diabète, l’hypertension artérielle et autres ont eu comme effet d’alourdir la mortalité dans ce milieu très hostile.
Les jeunes abandonnent l’école pour aider leurs parents et les mariages précoces étaient souvent dénoncés dans ce coin du pays. Les écoles de formation professionnelle n’existent pas. Le niveau d’instruction du milieu est très bas, car les écoles sont rares et très distantes les unes des autres. Le désarroi et le découragement y sont indescriptibles. Ici, on survit au jour le jour. On gère les maigres ressources le mieux qu’on peut car on ne sait pas ce que le lendemain nous réserve. Les animaux manquent également et très souvent de pâturages. Ces derniers en plus d’être maigres, fatigués et souvent malades, doivent faire beaucoup de kilomètres pour s’abreuver au forage de Dioulky, de Raoudou ou ailleurs qui tombent souvent en panne. Le taux de perte du cheptel est estimé à plus de 12% selon les estimations des services locaux étatiques du département. Ce qui est énorme et désolant. Cette perte vient alourdir la pauvreté du milieu déjà très affecté.
L’accès à des services de santé acceptables relève d’un miracle. Les rares cases de santé en taules sont gérées par un personnel extrêmement sous-qualifié, manquent de tout. Il n’y pas d’ambulance pour évacuer les malades, les femmes enceintes à terme ou ceux et celles devant mourir dans la dignité. Les gens se débrouillent comme ils peuvent, avec leurs maigres moyens dérisoires. Certains attendent que la mort vienne sans rien y faire.
Les vrais centres de santé, dignes de ce nom se trouvent à plus de 100 kilomètres soit à Linguère ou à Dahra-Djoloff. Les malades sont souvent évacués dans des charrettes ou dans des voitures délabrées et qui tombent en panne tous les 5 km de route. Les habitants les appellent des cercueils roulants à cause du nombre élevé de leurs accidents mortels. La mortalité infantile et maternelle y est très élevée. Les fausses couches dues aux différentes maladies sont monnaie courante, si bien les grossesses sont souvent sources constantes de stress surtout pour les jeunes couples.
Merci!