Le verdict de Karim Wade à la Une des quotidiens du vendredi

Les quotidiens parus vendredi se focalisent sur l’actualité judiciaire dominée par le verdict de la Cour suprême qui confirme la peine de 6 ans et l’amende de 138 milliards FCFA infligées à Karim Wade par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), et le rebondissement dans l’affaire du meurtre de l’étudiant Bassirou Faye dont le mis en cause est renvoyé en jugement.

«Suprême désillusion» pour Karim dont les 7 pourvois en cassation sont rejetés par la Cour suprême, informe Libération à sa Une, soulignant que la défense est dans tous ses états, au moment où les avocats de l’Etat jubilent.
«Karim Wade reste en prison», écrit de son côté Le Témoin, à côté de Sud Quotidien qui dit à sa Une que «la Cour suprême enfonce Karim».
Pour Direct-Info, le Parti démocratique sénégalais (Pds, opposition) perd son candidat en 2017.
Ce qui fait dire à EnQuête que «Karim (est) out pour 2017» et s’il purge entièrement sa peine, il sera libre en avril 2019. «Ses avocats portent espoir sur l’avis du Groupe des nations Unies», ajoute le journal.
Toutes choses qui font dire au journal L’As que «les avocats de Karim internationalisent le combat».
«Son ultime recours rejeté : La Cour suprême casse Karim», indique Le Quotidien, estimant que la grâce présidentielle est le dernier recours de Wade-fils.
Pour Le Populaire, «l’affaire Karim Wade est pliée…le Pds est sur le chantier politique, ses avocats ouvrent le front international».

Walfadjri consacre sa Une à l’affaire Bassirou Faye et parle de «fortunes diverses pour les policiers (mis en cause)».
Selon nos confrères de Walf, Boughaleb est renvoyé en jugement, Tombong Oualy et Saliou Ndao bénéficient d’un non-lieu.
De l’avis de L’Observateur, «le doyen des juges désavoue le Procureur» en renvoyant Boughaleb en jugement et en mettant hors cause Oualy et Ndao.
«Rebondissement dans le meurtre de Bassirou Faye : Le Doyen des juges désavoue le Procureur», renchérit La Tribune.
Traitant des obsèques d’hier du percussionniste Doudou Ndiaye Rose, décédé mercredi dernier, Le Populaire révèle qu’il y a avait «un monde fou».

«Obsèques en rose», note Le Quotidien. Sur ce sujet, Le Soleil parle d’ «hommage de la Nation au maître du rythme» et informe que le Premier ministre a présenté les condoléances de l’Etat.