Le service AEMO se fait connaitre dans l’arrondissement de Tenghori par un CLD spécial

Le niveau de vulnérabilité des enfants reste élevé au Sénégal notamment dans le département de Bignona. Et ce, malgré les instruments juridiques mis en place par l’état du Sénégal. C’est pour cette raison que le Sous-préfet de l’arrondissement de Tenghori (Bignona) a convoqué un comité local de développement (CLD) Mercredi pour vulgariser le service de l’action éducative en milieu ouvert (AEMO). Ce service, créé à Bignona depuis Juin 2014 et qui devait trouver des réponses à ces problèmes est encore mal connu du grand public. Non seulement le service n’est pas connu mais les pratiques en défaveur des enfants continuent de plus belle. Cette réunion était donc l’occasion de revenir sur certains aspects considérés comme problématique de l’enfance. Il s’agit entre autres de l’inachèvement scolaire, la déscolarisation, la non déclaration à l’état civil, les violences diverses comme les abus sexuels (viol, pédophilie, détournement de mineurs, harcèlement sexuel) ou encore mariages et grossesses précoces. La rencontre a permis d’informer les acteurs locaux sur les missions de l’AEMO. De manière participative, les uns et les autres se sont prononcés, parfois sous forme de témoignage pour expliquer ou dénoncer certaines pratiques. Il faut cependant retenir que l’ignorance, la pauvreté, et la tradition sont des éléments qui ne militent pas souvent en faveur de la garantie des droits de l’enfant. Mais le chef de service départemental de l’AEMO de Bignona est optimiste quant à l’avenir. Adama Diop estime qu’avec la sensibilisation, les populations à la base finiront par s’approprier les missions de l’AEMO et participeront volontairement à la protection de l’enfant.

 

L.BADIANE pour xibaaru.com