Le remaniement du Secrétariat national du Parti démocratique sénégalais à la Une

Les quotidiens du mardi mettent en exergue le remaniement du Secrétariat national du Parti démocratique sénégalais (Pds, au pouvoir de 2000 à 2012), dont le poste de Secrétaire général national est toujours occupé par l’ex-Président de la République, Me Abdoulaye Wade, malgré la fronde mené par le député Modou Diagne Fada qui réclame la refondation du parti.

Revenant sur le remaniement du Secrétariat national du Pds, Walfadjri dresse «la dream team de Wade pour reconquérir le pouvoir».

«Au moment où son parti traverse une crise avec des rebelles exigeant la réforme du Pds, Me Wade, lui, a jugé nécessaire de remanier le secrétariat national. Un nouveau bureau où Modou Diagne Fada, le chef des frondeurs, se retrouve comme secrétaire national chargé des activités parlementaires et conseiller de Wade. Karim Wade secrétaire national aux infrastructures. Me Madické Niang qui juste après Oumar Sarr est chargé des questions juridiques», expliquent nos confrères de Walfadjri.

«Me Wade reprend en main son parti…pour ceinturer et neutraliser les frondeurs», titre Le Populaire, soulignant que Fada et Cie sont «dans le gouvernement virtuel du Pds».

Pour EnQuête, «Wade choisit ses hommes» et «Karim manœuvre depuis la prison». Selon ce journal, «Fada et Cie sont noyés dans le groupe des 60».

«Wade ménage la fronde de Fada», écrit Le Quotidien dans sa manchette, alors que Libération note que «Wade ratisse large».

«Karim, la grande confession», titre L’Observateur qui traite de l’audience entre Wade-fils et le groupe de Fada. Dans ce journal, Karim Wade soutient : «Pape Diop, Souleymane Ndéné Ndiaye et Aliou Sow doivent revenir dans le Pds. Je suis d’accord pour la réorganisation du parti».

Sur la gestion des subventions à des fins personnelles ou clientélistes, Libération note que le Premier ministre «Dionne tape sur la table» et rappelle à l’ordre les Dg dans une circulaire.

Le Soleil parle économie en se focalisant sur le secteur énergétique en Afrique et révèle «5 milliards de dollars pour capter et sécuriser les investissements».
«L’Union africaine soutient la candidature du Sénégal au Conseil exécutif de l’Unesco», informe ce quotidien national.

«Emprunt obligataire de la Ville de Dakar : Khalifa exporte le contentieux», titre Le Quotidien, donnant la parole au maire de Dakar qui estime que «l’attitude de l’Etat (qui bloque l’emprunt) est politique».