Le procès d’un imam pour apologie du terrorisme à la Une des quotidiens du jeudi

Les quotidiens de ce jeudi commentent le procès de l’imam Ibrahima Sèye de Kolda (Sud), jugé hier pour apologie du terrorisme et incitation à la désobéissance militaire et à l’intolérance religieuse, contre qui, le tribunal a requis 5 ans de prison.
«Apologie du terrorisme : Le Procureur (Yoro Moussa Diallo) requiert 5 ans ferme pour l’imam Sèye», titre Direct-Info, rappelant que ce professeur d’histoire et de géographie a été arrêté le 12 octobre 2015.

Selon le journal, l’imam a dit avoir agi au nom de l’islam. «Le prévenu qui attend le verdict du tribunal le 1er juin 2016 a dit n’avoir pas l’idée de créer des incidents entre communautés religieuses du Sénégal», ajoute Direct-Info.

«Terrorisme-Jugement de l’imam Sèye à Kolda : Le Parquet requiert une peine de cinq ans», indique Le Quotidien.

Nos confrères soulignent que dans son sermon incriminé, l’imam avait traité les présidents Macky Sall et Hollande de mécréants.

Quoi qu’il en soit, Le Populaire constate que «l’imam Sèye de Kolda assume…et risque 5 ans».

«L’imam Ibrahima Sèye dit avoir agi au nom de l’islam. Il sera fixé sur son sort le 1er juin», note Le Populaire.

Le Soleil ajoute que cinq ans de prison sont requis contre l’imam Sèye pour incitation au terrorisme.

Pour Libération, «imam Sèye révèle sa face ténébreuse». La Tribune va plus vite et informe que «le procureur envoie l’imam Sèye en prison pour cinq ans».

De son côté, Rewmi fait état de «vives tensions entre tidjanes et salafistes autour d’une mosquée» à Vélingara (Sud).

Parlant de la dépravation des mœurs, ce journal écrit : «Dakar, capitale du viol». Le journal retient 115 cas en 2015.

«Panama papers-Montage des sociétés offshore de Mamadou Pouye : Le cerveau identifié à…Dubaï», titre Libération.

Walfadjri revient sur les indemnités journalières non payées depuis un an et fait écho de ce «bruit de bottes chez des éléments du GMI (Groupement mobile d’intervention)».

«Arachide : Un fonds additionnel de 12 milliards pour booster la filière», note Le Soleil à sa Une.

De son côté, Sud Quotidien parle de la décrispation de la crise sociale avec le Fuse qui suspend es préavis de grève et le Sutsas qui diffère le dépôt de son mot d’ordre.

«Santé-Le Sutsas diffère son mot d’ordre. Le syndicat de Mballo Dia Thiam tresse des lauriers à Macky Sall», titre Le témoin.

Sur le bras de fer entre l’Etat et les Syndicats, EnQuête s’exclame : «Le dégel !» «Après le Saes, le Fuse et le Sutsas suspendent leurs mouvements de grève», ajoute le journal.