Le PPDC en marche… Les travaux de la boucle du Fogny bientôt lancés

Une vieille doléances des populations du département de Bignona notamment celle du Fogny sera bientôt un mauvais souvenir et cela grâce au Projet pôle de développement de la Casamance (PPDC).  Malgré les attaques qui viennent de partout, le PDDC fait de grands bons dans la concrétisation de la vision qu’avait le Président de la République en mettant en place un tel projet pour la Casamance. Ses réalisations sont visibles dans tous les départements de la Casamance et les perspectives sont prometteuses d’une Casamance émergente à tout point de vue. Des pistes de production, des digues de protection des espaces rizicoles, accompagnement des paysans, formation entre autres, sont autant de d’actions visibles et concrètes. Ces différents actes posés ont permis aux populations de la base de multiplier leur production agricole et aller résolument vers l’autosuffisance alimentaire tant voulue par le gouvernement. Pour présenter tout cela et partager les perspectives avec les populations à la base, le comité de pilotage du PPDC a initié des rencontres dans différentes localités de la Casamance naturelle. Après Ziguinchor, Kolda et Sédhiou, c’est au tour de Bignona d’accueillir les membres du comité de pilotage Lundi. Une rencontre riche qui a permis à la coordination du PPDC d’éclairer toutes les zones d’ombre permettant aux collectivités locales de pouvoir s’approprier davantage le projet. La satisfaction se lisait sur le visage des acteurs locaux mais des propositions, il y en avait. Le Président du conseil départemental de Bignona, par exemple, a invité le PPDC, au-delà de l’agriculture, d’identifier d’autres filières porteuses pour accompagner les populations. Mamina Kamara pense par exemple à la filière anacarde, à la production d’huitres ou encore à la mangue.

En somme, les responsables du PPDC veulent que les populations et les acteurs à la base s’approprient du projet pour faciliter le reste de sa mise en œuvre au grand bonheur des principaux bénéficiaires que sont les Casamançais. A 23% de décaissement en 2015, Sécou Sambou, Président du comité de pilotage du PPDC, estime ce taux cette année à environ 40%. De toute façon, Youssouph Badji, coordonnateur du PPDC, donne rendez-vous aux populations en 2017 qui est considérée comme l’année de la mise en œuvre. Après les études, la contractualisation et autres, beaucoup de travaux seront lancés l’année prochaine et vont changer complétement le vécu des populations.

L.BADIANE pour xibaaru.com