Le ministre de l’Intérieur et d’autre sujets à la Une des quotidiens du mardi

Les quotidiens parus mardi traitent de la sortie hier d’Abdoulaye Daouda Diallo, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, soutenant qu’aucune date n’est encore retenue pour la tenue du référendum, et d’autres sujets.

«Organisation du référendum : Abdoulaye Daouda Diallo sème le doute», titre Le Quotidien.

Dans ce journal qui rappelle que le président de la République avait annoncé mai 2016, le ministre se veut très clair : «Aucune date n’a été retenue».

Dans Sud Quotidien, Abdoulaye Daouda Diallo ajoute : «Pour le moment aucune date n’est retenue».

Ce qui fait dire au journal EnQuête que «l’Etat cultive le flou» sur la tenue du référendum.

Interpelé dans ce journal par la Commission électorale nationale autonome (Cena) sur la tenue du référendum, M. Diallo lance : «Je me conforme au calendrier électoral en cours, lequel prévoit des législatives en 2017 et une présidentielle en 2019».

Le Témoin ouvre sur ce trafic de faux passeports diplomatiques et s’interroge : «Le cerveau arrêté en Alger ?»

A deux mois du départ à la retraite du Procureur spécial, Cheikh Tidiane Mara, La Tribune parle de «zéro dossier instruit» car, ce dernier «se tourne les pouces».

Selon Sud Quotidien, «la catastrophe (a été) évitée de justesse» à l’aéroport Léopold Sédar Senghor de Dakar après deux atterrissages forcés de vols d’Ethiopian Airlines.

L’Observateur enquête sur la récurrence de la profanation des sépultures et indique : «Quand les tombes parlent…Un islamologue, un psychologue et un féticheur expliquent le mysticisme autour du phénomène».

«Pikine marche vendredi et menace de balancer des noms de personnalités», indique ce journal.

A la Une de L’As, Karim Wade, condamné à 6 ans de prison et à une amende 138 milliards FCFA réplique au Chef de l’Etat qui lui refuse la grâce, en affirmant : «Que Macky s’occupe aux problèmes des Sénégalais».

Libération lui, parle du mandat d’amener contre le président de l’Assemblée nationale ivoirienne et note : «Soro, la descente aux enfers. Des policiers se sont rendus à son domicile parisien pour le cueillir. Le quatrième enregistrement qui l’implique dans le