Le ministère de la jeunesse lance le projet de plateforme électronique «Ureport»

Dans le but de renforcer une bonne prise en charge des préoccupations des jeunes au Sénégal, le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi dirigé par Mame Mbaye Niang, en partenariat avec l’Unicef, a organisé hier un atelier de formation dans le cadre du projet «U-report». Cette initiative, selon Oumar Daouda Sognane directeur de la Jeunesse et des Activités socioéducatives, vise à créer une plateforme électro nique d’échanges et de partage autour des problèmes qui interpellent la jeunesse sénégalaise. Ce dispositif dont le lancement aura lieu (aujourd’hui) à Thiès, sera accessible gratuitement depuis les appareils de téléphones portables et des tablettes électroniques pour l’installation de 14 clubs U-report à travers le territoire national. En outre, ce projet ambitionne de fournir un certain nombre de données fiables à l’Etat et un espace d’informations pour les jeunes appelés à se prononcer sur quelques-unes de leurs inquiétudes. Pour le haut fonctionnaire, le projet qui a bénéficié d’un premier financement de plus de 10 millions de FCFA s’inscrit dans la volonté du Ministère et de l’Unicef à mieux orienter les futures politiques destinées à la jeunesse sénégalaise en matière de santé, éducation, environnement et les grossesses précoces.
Selon Elhadj Makhtar Ndiaye coordinateur du projet, cet outil de communication interactif via une application ou sms sera accessible depuis les réseaux téléphoniques nationaux. Par ailleurs nous voulons inciter les jeunes à prendre en charge les problèmes auxquels ils font face. A travers notre plateforme Sénégal U-report, ils auront aussi accès à des données statistiques et autres informations complémentaires pour sensibiliser les jeunes. «Nous travaillons en collaboration avec la commission de protection des données pour sécuriser toutes les informations sur les adhérents. Les suggestions et les avis des jeunes vont aussi nous permettre de mieux cerner les besoins des jeunes sur des thématiques bien définies. Pour une plus grande accessibilité, la plateforme sera aussi traduite en langues nationales au profit d’un plus large public».