Le « malaise » d’Hissène Habré et le match Sénégal-Burundi à la Une des quotidiens du Samedi

Le « malaise » dont aurait été victime Hissène Habré et le match de football Sénégal-Burundi de ce samedi font les manchettes des quotidiens du week-end.
« L’ex-président président tchadien a été victime d’une attaque cardiaque, dans la nuit de jeudi à vendredi », rapporte Le Témoin Quotidien. Ce journal, comme d’autres, affirme que les avocats de M. Habré accusent l’Administration pénitentiaire d’avoir mis leur client dans des conditions à l’origine de ce « malaise ».

« Hissène Habré pique une crise cardiaque », titre Le Populaire. « Ses avocats vont poursuivre en justice le régisseur de la prison du Cap Manuel », à Dakar, pour « non-assistance à personne en danger », ajoute-t-il.

« Nous allons diligenter une enquête pour savoir ce qui s’est réellement passé », assure, dans le même journal, le journaliste Marcel Mendy, responsable de la communication des Chambres africaines extraordinaires, le tribunal spécial chargé de juger l’ex-président tchadien, le 20 juillet prochain, à Dakar.

L’ancien chef d’Etat est poursuivi pour  »crimes contre l’humanité, crimes de guerre et crimes de torture », qu’il est soupçonné d’avoir commis en diriegant le Tchad, de 1982 à 1990.

Il y aura aussi une plainte contre le médecin de la prison du Cap Manuel, qui est accusé de  »négligence », selon L’As et Enquête, qui citent les avocats de l’ancien président.  »La bombe Habré », titre Enquête, pour évoquer le sujet.

En raison de son  »malaise » ou de cette  »crise cardiaque », Hissène Habré est comme  »une patate chaude » dans les mains de l’Union africaine, qui le fait juger à Dakar, selon Grand-Place.

Il y a  »une flamme à rallumer » par les Lions, à l’occasion du match Sénégal-Burundi prévu ce samedi, à 19h, à Dakar, selon L’Observateur.

Ce duel de la première journée du groupe K des éliminatoires de la CAN 2017 est intéressant, car  »ce sera le premier match officiel du nouveau sélectionneur des Lions (Aliou Cissé) et sa première sortie au stade Léopold Sédar Senghor, à Dakar, avec la casquette d’entraîneur principal », souligne le même journal.

Pour les joueurs, ce match marque le début d’un  »bail avec un public inlassablement fidèle, mais un public dont la patience a des limites », ajoute-t-il.

 »Les Lions pour bouffer les hirondelles », titre Stades.  »Cette aventure qui commence aujourd’hui, contre le Burundi, est intéressante à plus d’un titre. Il est donné à Aliou Cissé de nous faire croire que nos entraîneurs (Ndlr : ceux du Sénégal, voire d’Afrique) ont la possibilité de mettre en place une sélection compétitive et conquérante », lit-on dans Stades.

 »Tout pour gagner ! » s’exclame Waa Sports.  »On dit d’une hirondelle qu’elle ne fait pas le printemps. Onze hirondelles non plus. Sénégal-Bunrundi est un match dans lequel aucune raison de signifier ne doit être laissée aux Burundais », commente ce journal.

Dire que  »les petites équipes n’existent plus (…) est une manière de respecter l’adversaire, mais ne colle pas à la réalité », poursuit Waa Sports, en laissant entendre que les Lions ont l’obligation de gagner ce match