Le Maire de Oulampane veut sauver la forêt le long de la frontière avec la Gambie avec 15 mille rôniers

Tout le monde le sait, la forêt casamançaise est très agressée ces dernières années de conflit notamment dans le nord et nord-est du département de Bignona. Toutes les forêts classées situées dans cette zone ont été agressées, pillées et laissées à la merci de l’exploitation et le trafic illicite de bois. La zone frontalière avec la Gambie a payé aussi un lourd tribut dans cette situation avec des étrangers qui ont profité de la situation d’absence des forces de défense et de sécurité dans cette partie du Sénégal pour s’adonner au trafic anarchique et abusif de bois. Aujourd’hui, la situation est toute autre ; une accalmie est notée et les forces de sécurité reprennent petit à petit le contrôle de la zone. C’est dans ce contexte que le Maire de la commune d’Oulampane a décidé de passer à l’offensive pour redorer le blason de la forêt. Dans son plan d’action 2016 de lutte contre la dégradation de la forêt, il a prévu, en rapport avec son conseil, les jeunes, les femmes et les chefs de village avec l’appui de partenaires, de planter 15 000 rôniers. Ce travail sera fait sur l’ensemble de sa vaste commune qui s’étend sur 606 km2. Lansana Sané a réussi à mettre tout le monde dans cette opération qui a été lancée ce Mardi dans la forêt classée de Koulaye en présence du lieutenant Younousse Diédhiou, chef de secteur des eaux et forêts de Bignona. De Oulampane à Dioundeung Kantapor en passant par Kidiong, kalamakry, koulaye Kouiny, djiro mantoro ou encore Ouel kalir et Tandoumboune, aucun village n’est oublié et les populations ont accueilli favorablement cette option de la municipalité d’Oulamapane.  Même les responsables de la scierie de Diongo ont fait le déplacement pour soutenir le Maire et participer à leur manière à la revitalisation de la forêt.

L.BADIANE pour xibaaru.com