Le Maire de Ndoga Babacar en campagne de sensibilisation contre l’exploitation clandestine de la forêt

La commune de Ndoga Babacar, dans le département de Tambacounda, frontalière avec la Gambie, subit une exploitation abusive et clandestine de la forêt. C’est ainsi que le Maire, Omar Déme a pris la sérieuse option d’en finir avec ce fléau qui constitue un véritable frein au développement de cette contrée. Pour cela, une rencontre regroupant, conseillers, Chefs des villages et autres leaders d’opinion, s’est tenue à Sinthiou Aladji situé à moins de 2km de cette frontière avec la Gambie voisine. Il s’agit, selon le Maire initiateur de cette rencontre présidée par le Sous Préfet de Maka Colibantang, de sensibiliser les populations pour qu’elles sachent que cette forêt est à elles. « Il ne faut pas qu’elles pensent que la gestion de cette ci incombe uniquement à l’Etat. Qu’elles sachent d’abord que c’est un bien qui leurs appartient ». Et de l’avis du Maire Omar Déme, « pour lutter contre ce fléau d’exploitation abusive et clandestine de cette forêt, il faut la mise en place d’une large commission de surveillance ». Faire donc de sorte que chacun des villages frontaliers y soit représenté pour que lorsque qu’un fraudeur est pris, que les services compétents soient vite saisis. Le Maire de regretter que les arbres soient dangereusement coupés dans la partie frontalière des villages de Sine Wouli, Soutou Bakoul, Mangnancounda. Pendant cette rencontre où la quasi totalité des chefs de villages se sont prononcés, il est préciser que ce ne sont pas les gambiens qui viennent couper. Mais ce sont bien les sénégalais qui coupent nos arbres pour les vendre aux opérateurs installés en Gambie. Et donc il urge de beaucoup sensibiliser ces populations « qui pensent que c’est un gain pour elles. Or elles sont entrain de détruire nos ressources. Avec la commission mise en place, il faut que ces populations nous aident à remonter les informations pour qu’on puisse réagir efficacement », dit Major Gomis, adjoint au chef secteur des eaux et forêts de Tambacounda. Seulement le manque d’agents des eaux et forêt peut constituer un frein à cet engagement. Pour la réussir, le Maire Déme demande un renfort en agents car la seule commune de Ndoga fait 820 km2. « Nous souhaitons qu’il y ait un agent à Ndoga Babacar. Sollicitons le soutien de l’Etat, pour que chacune des communes puisse avoir au moins un agent, avec des moyens logistiques pour faciliter le travail et décourager tous ceux qui s’adonnent à cette pratique néfaste pour nos ressources forestières.
Sadio SOUMARE à Tamba pour xibaaru.com