Le maire de Mbacké a chaud…Les transporteurs de la ville veulent sa peau

Rien ne va plus entre le maire de Mbacké et les transporteurs de la localité. Raison de la brouille : la gestion de l’ancienne gare routière rétrocédée par la nouvelle équipe à un promoteur. Les choses sont allées très vite après la signature d’un contrat qu’il juge nébuleux et contre leurs intérêts entre la mairie et un promoteur du nom d’El Hadji Fallou Mbacké, disqualifié par des professionnels du transport qui revendiquent leur droit de gérer la gare. «L’ancien maire de Mbacké, feu Iba Guèye avait entamé des négociations qui avaient mené à l’attribution d’une partie de la gare routière au promoteur. Mais, aujourd’hui, l’actuel maire, en complicité avec Fallou Mbacké, veut mettre la main sur tout l’espace, et c’est ce que nous dénonçons», a déclaré Pape Diop, président du regroupement des chauffeurs et transporteurs de Mbacké. Et il ajoute : « Cette demande est d’autant plus légitime que nous avons investi 3 000 000 F Cfa pour la bonne marche de cette gare routière. Donc, nous revendiquons notre droit de gérer notre gare routière».

Pour les transporteurs de la commune de Mbacké, soutenus par le regroupement des chauffeurs de Touba, la bataille ne fait que commencer. «Pour récupérer la gare routière entre nos mains, il faudra passer sur nos cadavres. Nous avons averti qui de droit, parce que l’injustice et l’impunité sont terminées dans ce pays. Et nous mettons en garde le maire sur tout ce qui adviendra demain, s’il tente de forcer la main des transporteurs», assènent-ils. Le camp adverse – qui a réussi à enrôler quelques chauffeurs – s’inscrit en faux contre les accusations. En effet, à en croire Alé Samba Diagne, Vice-président des chauffeurs de Mbacké, cette polémique est soulevée par certaines personnes qui ne veulent pas voir la gare être exploitée convenablement, car cela menace leurs intérêts ». M. Diagne ajoute : «Ce qu’il reste à faire, c’est que ces transporteurs s’allient au promoteur pour la bonne marche de notre gare qui va impacter sur le développement de Mbacké. Nous gérons des intérêts collectifs et non des intérêts individuels».