Le HCCT et les Pm Abdoul Mbaye et Mahamed Dionne à la Une des quotidiens du lundi

Plusieurs sujets allant de la politique à la santé, en passant par la bonne gouvernance et les faits divers, sont mis en exergue par les quotidiens parus lundi.
A la Une de Sud Quotidien, «Jean Paul Dias clame ses vérités» sur la binationalité, la loi relative au Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), la traque des biens mal acquis et sur le cas Abdoul Mbaye.

Selon nos confrères, Jean Paul Dias, premier Secrétaire du Bloc des centristes gaïndé (Bcg, mouvance présidentielle), estime que «le débat sur la nationalité est hypocrite d’autant plus que les trois premiers présidents du Sénégal ont eu une double nationalité».

L’Observateur parle du HCCT et révèle «les choix du président». «L’Apr (au pouvoir) se taille la part du lion, le Ps, l’Afp et le Rds (alliés) se contentent du reste», écrit le journal.

Revenant sur ces élections des membres du HCCT prévues le 4 septembre, Walfadjri indique que «Khalifa Sall joue un sale tour à Moustapha Niasse» en recrutant deux maires de l’Afp (parti du président de l’Assemblée nationale).

Nos confrères précisent qu’il s’agit des maires de Hann Bel-Air Babacar Mbengue et des HLM Babacar Sadikh Seck.

De son côté, La Tribune parle du manque de volonté sur la publication des contrats de gaz et de pétrole, et souligne «l’Etat de la diversion».

«Contrats sur les ressources naturelles-Abdoul Mbaye dément le Premier ministre», note Walfadjri.

Pour L’As, «Abdoul Mbaye renvoie Dionne dans les cordes». «Marché pour l’informatisation des transports-L’Armp freine Gemalto/Face technologies sur 9,2 milliards f cfa», indique Libération.

A sa Une, Direct-Info fait le diagnostic de l’hôpital Principal de Dakar et donne «la thérapie du général Bakary Diatta (son directeur)» qui affirme : «Mon ambition est d’amener l’établissement à un niveau de performance jamais égalé depuis sa création».

Pendant ce temps, L’As titre sur «les terribles maladies des écoles de formation de santé», des maladies qui ont pour nom, faible niveau des formateurs, chômage des diplômés et non reconnaissance des diplômes.

Parlant de terrorisme, Libération indique à sa Une «ces Franco-Sénégalais tombés dans le piège du jihad» et donne «les dessous de l’affaire Mamadou Diaw intercepté à l’aéroport de Dakar».