Le gouvernement étudie des offres alternatives pour finaliser l’aéroport de Diass

Le gouvernement sénégalais est en train d’examiner des offres alternatives pour finaliser les travaux de l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass (AIBD), en dépit d’un projet d’accord portant sur un cinquième avenant au contrat initial passé avec Saudi Bin Ladin Group, a annoncé la ministre du Tourisme et des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck.

« Malgré cet accord qui est trouvé sur le projet d’avenant, nous sommes en train d’examiner l’ensemble des offres alternatives que nous avons reçues d’autres partenaires qui se disent prêts à finaliser les travaux de l’aéroport » international de Diass, a-t-elle déclaré.

Maïmouna Ndoye Seck s’exprimait à l’Assemblée nationale, à l’occasion de l’examen du projet de budget de son département pour l’exercice 2016.

« Le gouvernement sera très ferme par rapport à la fin des travaux, puisque c’est un projet qui est extrêmement important dans les programmes économiques du président de la République », Macky Sall, a dit la ministre.

Elle a rappelé que l’AIBD et Saudi Bin Ladin Group, l’entreprise chargée de la construction de cet aéroport, avaient signé depuis avril 2007 un contrat d’un montant de 226 milliards de FCFA.

Les clauses de ce contrat stipulaient que les travaux de l’aéroport international Blaise Diagne devraient prendre fin depuis septembre 2013, a signalé Maîmouna Ndoye Seck.

Un premier avenant à ce contrat avait été ensuite signé par les deux parties, pour un montant de plus d’un milliard de francs CFA, en vue de la conduite de travaux de terrassement et la réalisation d’un site de recasement pour les populations impactées par le projet.

Trois autres avenants ont été signés avant 2012, pour un montant total de 74 milliards de francs CFA, avant que l’entreprise saoudienne ne réclame la signature d’un autre avenant de près d’un milliard de francs pour apporter des modifications aux travaux, a renseigné la ministre du Tourisme et des Transports aériens.

« Un accord a été trouvé pour la signature d’un projet d’un cinquième avenant. Avec ce projet, la réclamation de Saudi Bin Ladin Group doit être suspendue et les travaux poursuivis avec la réintroduction des travaux qui avaient suspendus par le quatrième avenant », a-t-elle précisé.

Ce projet d’avenant d’un montant de 6,5 milliards de francs CFA est actuellement en discussion entre les deux parties, a souligné Maïmouna Ndoye Seck, ajoutant que le gouvernement sénégalais attend toujours la signature de ce projet d’avenant par le groupe saoudien, étant entendu que la fin des travaux devait intervenir avant fin 2016.