Le défi de trouver du travail pour les diplômés issus de l’immigration

De nombreux diplômés issus de l’immigration peinent à trouver du travail. Le taux de chômage est deux fois plus élevé chez les minorités visibles (13,3 %) que dans la population générale (7,2 %), selon les données de Statistique Canada pour 2011.
La situation d’Arnaud Djintchui Ngongang illustre bien ce problème. Ce jeune diplômé d’origine camerounaise de 36 ans a beaucoup de mal à se trouver un emploi malgré ses qualifications. Titulaire d’un doctorat en chimie, il est installé au Québec depuis décembre 2011.
À l’époque, le Canada recherchait des chimistes, sa demande d’immigration a été accélérée, et il a obtenu sans problème la citoyenneté canadienne. Son doctorat de l’Université de Munich en Allemagne est reconnu ici. En 2013, il devient membre de l’Ordre des chimistes du Québec. Il entame même un post¬doctorat à l’Université de Montréal pour mettre toutes les chances de son côté.
Mais le temps passe et toujours pas d’offre d’emploi.
« Je me sens une personne vide qui ne sert à rien. c’est difficile à vivre, se lever le matin et on ne sert à rien, malgré nos études et qualifications », dit Arnaud Djintchui Ngongang.
À contrecoeur, il s’inscrit dans une agence de placement et travaille sur appel dans une usine de matelas à Montréal, où il s’occupe de l’entretien ménager.
Un reportage d’Azeb Wolde-Giorghis voir la vidéo

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Economie/2016/02/18/002-chomage-immigrants-minorites-visibles.shtml