Le cimetière catholique de Kaffrine profané : Une tombe souillée, une partie du corps emportée

La communauté catholique de Kaffrine est sous le choc. Partis samedi dernier désherber le cimetière en vue de la fête de la Toussaint, qui a lieu le 1er de chaque novembre, les fidèles ont été peinés par la découverte d’une tombe profanée.

A en croire L’Observateur, au moment où tout le monde était concentré sur le désherbage, Augustin Senghor, responsable des travaux et homme religieux très engagé pour la cause de ses concitoyens, décide comme à son habitude, de faire un tour dans le cimetière et jeter un coup d’œil sur les tombes. Mais, après quelques minutes de marche, son attention est vite attirée par une tombe grandement ouverte du côté de la tête du défunt. S’approchant pour en avoir le cœur net, M. Senghor a eu la surprise de voir qu’il s’agissait bien d’une profanation de sépulture. C’était la tombe d’un Libanais décédé à Kaffrine et inhumé au cimetière catholique de la ville.

Atterré, renseigne le journal, l’homme religieux s’empresse d’en aviser le curé de l’église ainsi que les autorités locales et administratives. Mais la nouvelle se répandant très vite, les populations de Kaffrine, notamment la communauté catholique, prennent d’assaut le cimetière. Nos confrères renseignent que l’auteur de cette aberration, qui n’a pas encore été identifié, a, après son forfait, laissé une partie de la tombe ouverte sans même retourner le sable encore moins replacer les briques. Pis, une partie de la dépouille a été emportée.

Avisé, le commissaire de la police se rend sur place pour procéder aux constats d’usage et ouvre une enquête pour élucider ce premier cas de profanation que vient d’enregistrer la commune de Kaffrine. En attendant, la communauté catholique, et particulièrement les Libanais de la localité, est dans la consternation.