Le chef de service de l’AEMO préoccupé par le taux de grossesses précoces dans le département

Les chiffres font peur, le combat est loin d’être vaincu dans le département de Bignona effet, beaucoup de jeunes filles tombent enceintes avant l’âge. Le nombre de grossesses de filles âgées de moins de 18 ans reste encore élevé. La situation est d’autant plus inquiétante en milieu scolaire. Il n’est pas rare de voir 10 grossesses dans un seul collège au cours d’une seule année scolaire notamment en milieu rural. Suffisant pour inquiéter le chef de service départemental de l’action éducative en milieu ouvert (AEMO). Adama Diop est préoccupé par cette situation malgré les efforts que son service déploie chaque année surtout durant l’année scolaire dans les profondeurs du département précisément dans les collèges et lycée. Il faut reconnaitre que le phénomène a régressé un peu mais il y a encore des poches de résistance. C’est pourquoi, le patron de l’AEMO appelle à la collaboration avec tous les acteurs qui s’intéressent à la protection de l’enfance notamment les autorités scolaires, religieuses et coutumières ainsi que les collectivités locales pour une synergie d’action. Cela permettra selon lui, de vulgariser les textes juridiques qui protègent l’enfant de manière générale et les filles en particulier. Mais aussi mettre en place un cadre qui aidera à faire face aux phénomènes qui favorise ce genre de violences faites aux filles mineures. Parmi les facteurs à combattre, il y a la pauvreté, la guerre, les coutumes, l’ignorance des lois et des droits humains entre autres.

L.BADIANE pour xibaaru.com