La presse de ce mercredi se focalise sur l’audition à fond de Thione Seck sur l’affaire des faux billets de banque et le rapport 2013 de la Cour des comptes remis hier au Chef de l’Etat, Macky Sall.

Selon EnQuête, entendu hier à fond sur l’affaire des faux billets, l’artiste «Thione dénonce un complot».

«Le leader du Raam Daan pointe des gens tapis dans l’ombre qui veulent lui nuire ainsi que son fils (artiste aussi) Waly. Me Sèye (son avocat) promet de révéler l’identité des comploteurs», explique le journal EnQuête.

«Thione parle de complot pour atteindre Waly», renchérit Le Populaire à sa Une, soulignant que quoi qu’il en soit, les avocats de l’artiste ne demandent pas la liberté provisoire.

A la Une de L’Observateur, Thione Seck va droit au but et accuse : «C’est un complot. Je n’étais pas moi-même. Le escrocs m’ont piégé». Ce qui fait au journal L’As que «Thione crie au complot contre la famille Seck.

Ce journal revient aussi sur l’affaire du lutteur Ama Baldé, arrêté avant-hier après avoir giflé un policier lors de son face-à-face avec Gouy Gui. «Ama fait son mea culpa», dit L’As.

«Ça se complique pour Ama Baldé. Le Procureur ordonne un retour de parquet», lit-on à la Une de Walfadjri. Toutes choses qui font dire au Quotidien que «Ama est parqué au violon».

Le Populaire plonge dans le procès de l’ancien Directeur du Cadastre, Tahibou Ndiaye, et note qu’il risque 5 ans de prison et la confiscation de ses biens et 3,9 milliards d’amende. Selon nos confrères, le Procureur a requis aussi 2 ans de prison avec sursis contre son épouse et ses deux filles ainsi qu’une amende de 3,9 milliards f cfa pour chacune de ces dernières.

Revenant sur la remise du rapport de la cour des comptes, Le Soleil écrit que «le chef de l’Etat réitère son attachement à la bonne gouvernance», mais que des dysfonctionnements sont notés dans les structures contrôlées.

«Les mécomptes du régime de Macky», titre L’As, soulignant que des communes sont dans l’illégalité, des boursiers non répertoriés parmi les étudiants inscrits et des avantages indus octroyés à des Présidents de conseil d’administration (PCA).

Dans ce journal, Macky Sall indique : «La Cour peut compter sur moi pour corriger toute imperfection contraire au droit».

«Relations avec la Cour des comptes : Macky vide les contentieux», titre Le Quotidien qui ajoute que le président s’est excusé à propos de l’affaire du ministre Moustapha Diop qui a chassé des magistrats de la Cour venu contrôler son département.