L’Assemblée nationale à la Une des quotidiens du mardi

Les quotidiens parus mardi mettent en exergue l’actualité politique, dominée par la saisine du Conseil constitutionnel par 19 députés qui demandent l’annulation du vote modifiant le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, interdisant, entre autres, à tout député démissionnaire de son Groupe parlementaire de rejoindre un autre.

Sur ce recours en annulation au Conseil constitutionnel, La Tribune écrit que «19 députés mettent la pression sur les cinq sages» de l’institution.

«Le Conseil invité à se prononcer sur le mauvais décompte des voix (142 votants, 4 abstentions et 4 absences, selon le décompte officiel, mais contesté)…», informe La Tribune.

«Saisine des cinq sages», titre Sud Quotidien, soulignant que les membres du Conseil constitutionnel sont ainsi appelés en arbitre.

Selon Walfadjri, «contre la loi anti-nomadisme parlementaire, l’opposition passe à l’offensive» en déposant un recours auprès du Conseil constitutionnel.

Ce qui fait dire à Direct-Info que le président du Conseil, «Pape Oumar Sakho, hérite du vote truqué à l’Assemblée nationale».

Traitant du même sujet, Le Populaire écrit que «19 députés défèrent la loi devant les cinq sages» pour avoir estimé que cette loi a violé leur liberté.

Le même journal s’intéresse aussi au lancement aujourd’hui à Diamniadio par le président de la République du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc), et qui sera à côté de son frère, président de l’Union des associations des élus locaux (Uael).

«Probable image sensible au lancement aujourd’hui du Pudc : Macky et son frère Aliou ensemble sur le présidium ?», se demande Le Populaire.

Le Quotidien ouvre avec la convocation du maire de Dakar-Plateau demain à la police, suite à ses propos contre les régies publicitaires, qui refuseraient de payer les taxes municipales. «Taxawu Dakar avec Alioune Ndoye», note ce journal.

Toutes choses qui font dire à L’As que solidaires de leur collègue, «les maires de Dakar vont assiéger la police».

De son côté, L’Observateur informe qu’ «Idrissa Seck (est) condamné pour 16 millions FCFA» pour défaut de paiement de loyer, d’eau et d’électricité de l’ancienne permanence de son parti Rewmi.