La sortie de Macky Sall sur la double nationalité à la Une des quotidiens du lundi

La réaction du président Macky Sall, depuis Nairobi (Kenya) où s’est tenue les 27 et 28 août 2016 la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD-VI), sur le débat autour de la double nationalité des candidats à une élection présidentielle sénégalaise, est traitée en priorité par les quotidiens parus lundi.

Pour Walfadjri, «Macky fait machine arrière» sur le débat sur la nationalité et affirme que «la question de la double nationalité a été réglée par la Constitution depuis 1992».

Le journal souligne que selon le Chef de l’Etat, le débat autour de la double nationalité ne devrait pas exister.

Ce qui pousse le journal L’As à noter que «Macky freine son camp» et précise : «Nous ne pouvons pas être contre la double nationalité».

Dans Le Témoin, le président estime que «c’est un faux débat» que de parler de la double nationalité. «Il y a tellement de pollution autour que finalement on passe de côté», ajoute Macky Sall.

«Le débat a été tranché par la Constitution de 1992», rappelle Macky Sall dans la manchette du Soleil qui revient sur la Ticad-VI pour parler de ces «134 milliards de F CFA du Japon pour le dessalement de l’eau de mer» au Sénégal.

Le Populaire fait état d’achats de conscience en vue des élections au Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) et informe que «Khalifa Sall accuse Macky Sall de tentatives de corruption». «Les femmes de Benno Bokk Yakaar parlent de prétexte fallacieux», informe Le Populaire.

«Elections au HCCT-Macky débauche, Khalifa crie», titre La Tribune qui, traitant de la tabaski 2016, constate «un déficit de moutons à Kaolack (centre)».

«Tabaski 2016-Le ministre de l’Elevage redoute une pénurie de moutons», écrit Le Populaire, à côté de Sud Quotidien qui note que «Aminata Mbengue Ndiaye déplore le déficit de moutons».

Ce journal revient sur la controverse autour des contrats pétroliers et miniers du Sénégal et informe que «Thierno Alassane Sall (ministre de l’Energie) blanchit Aliou Sall (frère du Chef de l’Etat)».

Toutes choses qui poussent L’Observateur à s’entretenir avec le maire de Guédiawaye et titre : «Aliou Sall rend les coups». Dans ce journal, M. Sall estime que «mes accusateurs veulent faire de moi un monstre» or, «je n’ai pas envie de consacrer de l’énergie à des procès».

Dans La Tribune, Aliou Sall indique : «Je suis même libre de monter une société de nucléaire».

Dans son dossier du jour, EnQuête s’intéresse à la sécurité et à la sûreté dans les eaux, et décèle «les failles de la mer».

«Le Sénégal sera bientôt producteur de pétrole et n’est pas à l’abri de la criminalité maritime. L’Etat est conscient de la menace, avec l’acquisition de matériel et de formation d’élite», écrit EnQuête.