La situation socioéconomique de Bignona ne laisse personne indifférent

Cependant, il y a des gens qui tentent des choses pour faire changer la situation. C’est le cas de Seydou Goudiaby, membre du M23. Avec des gens qui partagent la même opinion que lui, il faut aller très loin en créant « la convention des bignonois ». Il a fait face à la presse pour décliner ses ambitions.
Après avoir eu une pensée pieuse pour les personnes décédés et remercié la presse.
« Nous parlons aux Bignonois, partout où ils se trouvent, ils doivent chercher à s’informer sur la conduite des affaires locales et des initiatives développées dans le département et dans les communes, en phase avec l’Acte 3, qui les place dans une posture de citoyens pour le contrôle et leur participation au développement local.
Malheureusement, nous sommes au regret de constater que cet aspect de la question n’a jamais été suffisamment travaillé par nos sociétés civiles locales, pour faire prendre conscience aux populations de la nécessité de s’acquitter de leur engagement citoyen.
Pour défaut de confiance, la majorité des collectivités locales mobilisent difficilement les populations en tant que citoyens actifs, alors que toutes les collectivités locales, ont la possibilité de renseigner l’indicateur de la participation citoyenne, à travers une enquête de satisfaction, comme véritable baromètre de gouvernance locale (nos actes et gestes doivent être jugés par nos mandants).
Avec cette réforme et autres Actes majeurs posés par l’Etat du Sénégal, destinés à notre région considérée comme « territoire test », les décideurs qui ont mandat de gouverner le destin des populations, doivent deviner cette lourde responsabilité qui consiste à traduire les programmes et projets à réaliser en actions réussies (Pôle territoire Casamance, Secteur du Tourisme, PPDC etc.).
Sous ce registre, les populations au sein de leurs collectivités respectives, ont besoin d’informations sur les projets déjà lancés et en cours de réalisation, par contre une explication sera donnée sur ceux qui sont en souffrance dans notre région, dans notre département et dans les communes.

Au nom des populations qui en sont les principaux bénéficiaires, j’interpelle l’Etat et ses services déconcentrés pour un suivi permanent et rigoureux de ces projets, afin d’éviter qu’une évaluation négative de son action en Casamance, fasse l’objet d’une sanction politique.
Mesdames, Messieurs, il n’est pas tolérable que les populations qui nous ont fait confiance, soient désabusées, que les jeunes soient les marionnettes de la farce politique, alors que nous vivons l’ère de la responsabilisation et de participation citoyenne, mais aussi de la reddition des comptes.
Pour ce qui nous concerne, nous allons travailler pour une Casamance unie dont les fils sont debout, conscients des défis à relever, entreprendre des actions qui réconcilient les casamançais autour des valeurs fondatrices de nos sociétés traditionnelles, porteuses d’un développement solidaire et durable, dont l’hospitalité légendaire, reste la marque de nos comportements de tous les jours.
En organisant ce point de presse, à l’aune du premier jour du nouvel an, en tant que militant du M23 et en ma qualité de citoyen, j’ai l’honneur de porter à l’attention des Bignonoises et Bignonois, la mise sur pied de la future « Convention des Bignonois », initiée depuis deux ans par un groupe de patriotes, ouvert à notre Diaspora,
Cette structure de concertation et de dialogue entre citoyens de tout bord, vise à accueillir les personnes qui ont en cœur les intérêts des populations et qui souscrivent aux principes de bonne gouvernance.
La Convention des Bignonois, aura pour missions prioritaires, d’une part,
*d’accompagner et de consolider les démarches et les actions de développement initiées dans notre département, par l’Etat et les collectivités locales, y compris toutes initiatives de développement communautaire, et d’autre part,
*de prévenir et d’alerter sur les mauvaises pratiques de gouvernance des projets publics.
C’est le lieu d’encourager les institutions départementales, de la création des Ententes en Casamance, pour servir de leviers de développement du Pôle territoire Casamance. D’ores et déjà, nous allons privilégier notre soutien à l’endroit de tous les élus qui travaillent dans une perspective de progrès social, culturel et de construction citoyenne, vecteur de développement durable de nos terroirs. »

Merci pour votre aimable attention