La retraite argentée de Saer Niang

L’appel à candidature pour le recrutement d’un nouveau directeur général de l’autorité de régulation des marchés publics (Armp) est lancé depuis le 7 octobre. Saër Niang qui boucle son second et dernier mandat à la tête de l’Armp va partir les poches pleines. Car, il bénéficie d’une indemnité de précarité de 24 mois de salaire à la fin de son mandat. ainsi, il va empocher près de cent millions, en plus d’une indemnité de départ. 

Le Directeur général de l’Autorité  de régulation des marchés publics (Armp), Saër Niang, qui avait fait l’objet de vives critiques à la fin de son premier mandat de trois ans, va enfin quitter son poste. En effet, Saër Niang va passer le témoin à la fin de l’année au nouveau Directeur général qui sera recruté à l’issue d’une sélection rigoureuse. D’ailleurs, l’appel à candidature pour le recrutement du prochain Directeur général de l’Armp est lancé depuis le 7 octobre dernier. Saër Niang n’a plus la possibilité de présenter sa candidature parce qu’il a bouclé ses deux mandats non renouvelables.

Toutefois, il n’aura pas de souci à se faire, parce qu’il bénéficie d’un «départ doré». Car, ayant un contrat à durée indéterminée (Cdi) à l’Armp en qualité de directeur de la Formation et des Appuis techniques, il avait alors bien négocié son contrat pour obtenir une indemnité de précarité à la fin de son mandat de Directeur général de l’Armp. D’ailleurs, cette indemnité lui avait valu une levée de boucliers, même au sein de l’Armp pour dénoncer l’illégalité du contrat. Certaines voix étaient allées loin en l’accusant d’avoir déjà commencé à percevoir ses indemnités alors qu’il n’était pas en fin de mandat. Des accusations que Saër Niang avait démenties avant de démasquer certains de ses pourfendeurs. En tout état de cause, l’actuel Directeur général de l’Armp va partir de l’institution très riche à la fin du mandat.

Alors détenteur d’un contrat à  durée indéterminée (Cdi), il avait été recruté en qualité de directeur de la formation et des appuis techniques. En devenant Directeur général de l’Armp pour un mandat de trois ans renouvelable une fois, Saer Niang renonce à son Cdi. Cependant, il a réussi à obtenir une indemnité de précarité équivalant à 24 mois de salaire. Une manière de lui éviter la perte de ses droits acquis en plus de la fragilisation de son statut. Avec un salaire de directeur d’une agence de catégorie 2 (4 millions), l’actuel Directeur général va empocher environ 96 millions à la fin de son mandat, compte non tenu de son indemnité de départ qui est l’équivalent de 80% de son salaire.

En définitive, Saer Niang bénéficie d’une retraite dorée. Dans le document d’appel à candidature  dont «L’As» détient une copie, les différents candidats ont jusqu’au 7 novembre prochain pour postuler. Sûrement, la procédure de sélection sera terminée avant la fin de l’année.