La profanation du cimetière musulman de Pikine à la Une des quotidiens du Samedi

La profanation du cimetière musulman de Pikine (banlieue dakaroise) est un des sujets les plus en exergue dans la livraison de la presse de ce samedi.
« Le cimetière de Pikine de nouveau profané », annonce le quotidien L’Observateur, par exemple. « Deux corps du même nom (un bébé et un vieillard), enterrés le même jour’’, ont été ‘’exhumés et traînés sur plusieurs mètres », explique ce quotidien.
« C’est à croire que les morts enterrés au cimetière municipal de Pikine n’ont pas droit au repos éternel. En l’espace de quelques mois, six corps y ont été extraits de leur tombe et exposées à l’air livre », rapporte L’Observateur.
« Les deux derniers cas sont intervenus hier (vendredi), avec l’exhumation de deux corps, vingt-quatre heures seulement après leur enterrement. La police de Pikine qui s’est déployée sur les lieux, aux fins de constats, a ouvert une enquête », ajoute le journal.
« Encore des pratiques mystiques macabres », s’émeut Le Populaire. « À Pikine, écrit-il, on a dépassé l’état de choc après la répétition des profanations de tombes par l’exhumation de dépouilles mortelles ».
« Après les cas de juin 2014, septembre 2015, voilà que les corps d’un vieux et d’un nouveau-né ont été exhumés (..) » dans ce cimetière, note Le Populaire. « Une affaire troublante », renchérit le quotidien Libération, selon lequel les deux cadavres « n’étaient pas en état de décomposition ».
Si l’on en croit des témoins interrogés par le quotidien L’As, « les malfaiteurs ont juste emporté une partie du linceul blanc sur chaque corps ». Aussi les jeunes du quartier exigent-ils l’éclairage de ce cimetière, indique le même journal.
« Cette sixième profanation suscite des interrogations quant aux 5 millions alloués à l’entretien des lieux de culte » par la ville de Pikine, relève Walfadjri. Enquête et La Tribune également reviennent sur la même information, le second quotidien annoncé que le présumé fossoyeur a été placé « en garde-à-vue à la police ».
« C’est l’émoi et la consternation dans la banlieue dakaroise plus précisément à Pikine », écrit Rewmi quotidien. Waa Grand place parle de « sacrilège ». « Ce qui se passe (…) ressemble à l’Invasion des profanateurs de sépultures, film de science-fiction américain réalisé par Don Siegel qui est l’adaptation du roman L’Invasion des profanateurs de Jack Finney », commente Le Quotidien.
Les sujets politiques ne sont pas en reste, avec par exemple le journal Le Quotidien, selon lequel le chef de l’Etat, Macky Sall, « a décidé d’élargir son +espace de pouvoir+ en comptant sur des hommes de Bennoo Bokk Yaakaar, mais aussi sur ceux qui sont en dehors de cette coalition » regroupant le pouvoir et ses alliés.
L’opposition, pendant ce temps, « se plaint à l’ambassade des Etats-Unis », en briefant l’ambassadeur américain « sur la crise à l’Assemblée nationale », signale le même journal. « Cette audience fait suite à la rencontre de cette opposition avec la délégation générale de l’Union européenne il y a quelques semaines », rappelle Le Quotidien.
« La médiation entreprise par de bonnes volontés pour que le groupe parlementaire de l’opposition soit reconnu à l’Assemblée nationale a-t-elle échoué ? Toujours est-il que les opposants qui ont déterré la hache de guerre, depuis quelques jours, ont vilipendé, hier (vendredi), Macky Sall et son régime, auprès de l’ambassade des Etats-Unis à Dakar », résume Le Populaire.