La modification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale à la Une des quotidiens

Les quotidiens parus mardi se font l’écho des débats et du vote tard dans la nuit d’hier, de la loi modifiant le règlement intérieur de l’Assemblée nationale, après plus de 10 heures de débats.
«Assemblée nationale : Le mandat du président ramené à cinq ans. 15 députés pour former un groupe parlementaire», écrit Le Soleil à sa Une.

Revenant sur cette modification du règlement intérieur du parlement, Le Populaire note que «l’Assemblée nationale enfante la loi du dixième dans la douleur». Ce journal explique que les débats ont duré 12 heures et 64 députés sont intervenus avant que la majorité n’impose sa loi avec 142 voix, 4 contre et 4 abstentions.

Sur le même sujet, L’As parle d’ «adoption dans la douleur» du nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Quoi qu’il en soit, L’Observateur note que «la majorité Benno Bokk Yakaar sauve sa farce».

Un avis que ne partagent pas nos confrères de Walfadjri qui soulignent que «la majorité vole en éclats» et que «Benno Bokk Yakaar étale ses divisions». «La loi passe comme lettre à la poste. La guerre Khalifa (maire socialiste de Dakar)-Tanor (SG du Parti socialiste, mouvance présidentielle) a eu lieu», explique Walfadjri quotidien.

Toutes choses qui font dire au Quotidien que «le Ps vote dans la division». Selon le journal, le vote de cette loi soutenue par Cheikh Seck et Cie, et rejetée par Me Aïssata Tall Sall et son camp, a étalé au grand jour les divergences entre les «Socialistes divisés en pro-Khalifa et pro-Tanor», selon les termes de Walfadjri.

Commentant le vote de cette loi, Direct-Info note que «l’Alliance pour la République (Apr, au pouvoir) enterre l’opposition parlementaire».

A la Une du Soleil, l’ambassadeur français au Sénégal soutient que «la multiplication des partenaires du Sénégal n’inquiète pas la France».

Le quotidien Direct-Info revient avec cette nouveauté dans le dossier de l’artiste Thione Seck, mis sous mandat de dépôt pour détention de faux billets de banque, association de malfaiteurs,…et informe qu’il risque gros.

Au même moment, son fils, artiste aussi, Waly Seck fait la Une de L’As qui informe que poursuivi pour coups et blessures volontaires, il fera face au juge le 28 juillet prochain.

«Ama Bladé mal barré», titre L’Observateur, expliquant que le lutteur est accusé d’avoir donné un coup de poing à un policier.