La grosse coupure d’électricité encore à la Une des quotidiens du mardi

La longue coupure d’électricité quasi-générale dans la nuit de dimanche à lundi fait la Une des quotidiens sénégalais parus mardi qui tentent de donner les causes.

Dans sa manchette, Le Soleil explique qu’ «une explosion (au niveau de la centrale électrique de Thionakh à Thiès) perturbe le réseau national».

«Un incendie est à la base du black-out», confirme Makhtar Cissé, Directeur général de la Senelec dans Le Soleil.

Sur ce black-out total, Walfadjri note que «la thèse de la vétusté des installations de la Senelec (est) écartée».

«Longue coupure d’électricité dans la nuit du dimanche à lundi-Les raisons d’un blackout», titre EnQuête, expliquant que l’incendie du poste haute tension de Thionakh à l’entrée de Thiès est mis en cause.

Selon nos confrères, la Senelec présente ses excuses aux populations et ouvre une enquête.

Estimant qu’il faut de l’interconnexion pour en finir avec les black-out, Le Quotidien ironise : «Cissé à améliorer». Le journal indique que le Dg Makhtar Cissé assume les défaillances du réseau.

«Thiona brûle et déclenche un black-out», écrit Le Populaire, rappelant que Dakar, Thiès, Mbour, Tivaouane et Fatick étaient privés d’électricité pendant près de 5 heures d temps.

«Manantali décroché, la Mauritanie et le Mali touchés», renseigne Le Populaire, dans lequel journal, le Dg de la Senelec s’explique : «Cet incident est un accident jusqu’à plus amples informations. J’espère que cela ne se révèlera pas être un acte malveillant. Mais nous n’écartons aucune hypothèse».

«Explosion du poste électrique de Thiona-Une nuit tout feu tout flamme», décrit L’Observateur.

Ce journal donne la parole aux blessés. «Je me suis réveillé à l’hôpital et je croyais être dans un rêve», dit Seydou Nourou Ly, à côté de Mor Talla Touré qui indique : «Mon camion a reçu une décharge électrique quand j’ai voulu me sauver, j’ai été brûlé au bras».

Parlant d’éducation, Sud Quotidien revient sur ce qu’il appelle «sabotage organisé de l’école publique» minée par un quantum horaire grugé, la baisse du recrutement d’e enseignants, absence d’outils pédagogiques, des enseignants en dehors du curriculum…

De son côté, Le Témoin fait un «retour sur des scandales sobres et vertueux» relatifs à Petrotim et à l’affaire Bictogo.

Le Soleil consacre sa Une à l’agriculture et informe que «les importateurs s’engagent à acheter plus de 50.000 tonnes de riz», et qu’un nouveau protocole d’accord a été signé hier avec les acteurs de la filière.

Parlant de la promulgation de la loi sur le Conseil constitutionnel, Libération indique que «Macky Sall renforce les sept sages».