La découverte d’un important gisement de gaz naturel à Saint-Louis à la Une des quotidiens du Jeudi

La découverte d’un important gisement de gaz naturel avec des réserves estimées à 450 milliards de mètre cube vers Saint-Louis est au menu des quotidiens parus jeudi.

Lors du conseil des ministres de ce mercredi, le chef de l’Etat a salué la découverte par PETROSEN et KOSMOS energy, une société américaine, d’un important gisement de gaz naturel au puits Geumbeul 1, dans la partie Nord du permis de Saint-Louis offshore profond, informe le Soleil.

Après celle de Cairn energy, au large de Sangomar, cette deuxième découverte significative est le plus important gisement en Afrique de l’Ouest, car étant constitué d’une large structure répartie de part et d’autre de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, avec des réserves estimées à 450 milliards de m3, renseigne le quotidien national.

« Ça va gazer en 2021 », titre Le Quotidien pour annoncer cette plus grosse réserve de gaz naturel mise à jour par la société américaine KOSMOS energy.

Il faudra toutefois se garder de toute précipitation et enthousiasme démesurés, en imaginant le Sénégal transformé en Qatar dès l’année prochaine, recadre ce journal qui informe que la compagnie Kosmos energy continue de forer et de prospecter, afin de délimiter exactement les dimensions du puits découvert.

Citant des sources bien informées au niveau de la société américaine, Le Quotidien pense que la phase d’exploitation pourrait intervenir aux environs de 2021 ou 2022.

« Il aura fallu, avant cela, mettre en place un schéma de développement de l’exploitation à savoir une structure de liquéfaction de gaz pour pouvoir le transporter et le stocker ainsi que d’autres unités qui pourraient le transformer en énergie », écrit le journal du Groupe Avenir communication.

Située entre la Mauritanie et le Sénégal, cette ressource demandera, pour son exploitation optimale, la coopération des gouvernements des deux pays, ainsi qu’un bon accord avec la compagnie américaine, avant que les populations puissent en voir les effets, a-t-il ajouté.

« Après le pétrole, du gaz », écrit à sa Une Le Témoin, tout en se demandant si le Sénégal va bientôt devenir un Emirat avec cette découverte du plus important gisement de gaz naturel en Afrique de l’Ouest.

A en croire ce journal, « Kosmos energy a aussi conclu un protocole d’accord signé par la société de pétrole du Sénégal (PETROSEN) et la Société mauritanienne des hydrocarbures et de patrimoine minier (SMHPM), qui établit les principes d’un accord de coopération intergouvernemental pour le développement de la ressource transnationale… ».

Sur le volet politique, Libération a repris l’entretien du président Macky Sall au magazine français L’Express, où il aborde entre autres sujets l’affaire Lamine Diack, la grâce pour Karim Wade, la réduction de son mandat.

« Ma campagne ne saurait être concernée sous quelque forme que ce soit par un financement occulte », s’est défendu le chef de l’Etat sénégalais, à propos de la révélation de l’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), sur le financement de l’opposition sénégalaise par l’argent d’athlètes russes impliqués dans des scandales de corruption et de dopage.

Selon Macky Sall, « Ils (ces adversaires) ont recruté à Paris une agence de communication qui passe son temps à dénigrer le pouvoir sénégalais par le biais de mensonges fabriqués de toutes pièces ».

Sur la condamnation de Karim Wade en mars 2015 à six ans de prison ferme et 210 millions d’Euro d’amende par la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), Macky Sall déclare qu’ »une grâce pour le fils de l’ancien président Abdoulaye Wade n’est pas encore à l’ordre du jour ».

« Il y aura bien un référendum en 2016 et une élection présidentielle en 2017 », a annoncé Macky Sall au magazine français, dont les propos sont repris par L’Observateur.