La COSYDEP s’inquiète des abris provisoires et l’absence de pièce d’état civil dans les écoles

C’est la Coalition pour une synergie des acteurs pour la défense de l’école publique (Cosydep) qui pense qu' »il ressort que l’apaisement et la stabilité du moment sont d’une inquiétante précarité, au regard des menaces de grèves des syndicats d’enseignants ». A la vérité, dit la structure, « la communauté éducative a soif de ‘goûter aux saveurs’ d’une année scolaire apaisée par un dialogue social efficace, duquel les engagements pris sont respectés ». Et pour cela, « la seule alternative réside dans l’application des dernières instructions présidentielles issues des rencontres avec Macky Sall ainsi que la mise en place d’un dispositif inclusif de suivi des recommandations issues des Assises nationales de l’éducation et de la formation ». La Cosydep se préoccupe aussi de « la persistance de nombreux facteurs de contre-performances comme les abris provisoires, l’absence de pièce d’état civil pour beaucoup d’apprenants, mais aussi les situations d’urgence dues aux inondations et à la violence ».