KOLDA : Production de riz dans l’Anambé…Le manque de matériel plombe les activités

Deux handicaps majeurs plombent les activités agricoles dans le bassin de l’Anambé. Il s’agit de l’insuffisance du matériel, et surtout le retard dans la mise en place du disponible. C’est en cela que les producteurs décrivent la situation de façon générale dans ces périmètres irrigués. A en croire le président de la fédération des producteurs « le principal problème des producteurs aujourd’hui reste le manque de matériel agricole ». El hadji Aly Gano ajoute que le disponible n’arrive même pas à couvrir l’essentiel des activités dans ce contexte d’autosuffisance alimentaire en riz en 2017. Mieux, les producteurs dont certains regroupés en GIE, se plaignent de l’arrivée tardive du matériel dans le bassin. De l’avis d’Oumar Baldé de l’Association pour la Réinsertion Sociale des Militaires(ARSM) « la question de la disponibilité des terres se pose avec acquitté dans le secteur 2 où intervient sa structure forte de plus de 50 producteurs. Dans ce secteur, les fortes pluies ont aussi handicapé les exploitations avec l’inondation de plusieurs parcelles utilisables. Ainsi pour évacuer cette eau, les producteurs coopèrent avec les sapeurs-pompiers de Tamba qui utilisent les motos pompes tenter de sauver ces parcelles surtout celles qui ont déjà reçu les premiers semis. Malgré tout, les espoirs sont permis pour arriver à une forte production en riz aux prochaines récoltes. Les assurances de combler ces manquements, sont du directeur général de la SODAGRI venu doper et rassurer les producteurs face à ce défi « Kolda nourrit Kolda ». Moussa Baldé dira que « un des objectifs de la SODAGRI est de faire en sorte que l’association pour la réinsertion sociale des militaires s’implante durablement sur des parcelles viables et bien étendues ».
EL HADJI MAEL COLY