Kolda : la mairie regrette le départ du commissaire Ousmane Diédhiou

0
143

Décidément les grands hommes marquent toujours les esprits. C’est le cas à Kolda où le départ du commissaire Ousmane Diédhiou, affecté ailleurs, semble créer un vide autour de l’institution municipale. De l’avis du premier adjoint au maire, le commissaire était à tous les combats de l’équipe municipale dans l’exécution des tâches au bonheur de la population. Daouda Sidibé rappelle l’adhésion des forces de police dans les opérations de désengorgement des voies publiques, facilitant ainsi la circulation au centre ville. Il s’y ajoute les patrouilles nocturnes et diurnes pour la sécurisation des personnes et des biens.

Autre élément de satisfaction de l’institution municipale, c’est l’opération de collecte de la patente. Le premier adjoint au maire décline le professionnalisme de l’homme dans ce dossier assez complexe mais, qui, pourtant, s’est terminée dans les meilleures conditions. Le contrôle régulier des motos Jakarta atteste de la volonté de l’homme de bien faire au bénéfice des populations. En effet, sous l’ère Ousmane Diédhiou, le port de casque était obligatoire pour tout conducteur de moto vitesse ou cylindrée.

Ce n’est pas tout, Daouda Sidibé dira que le commissaire sortant a accompli sa mission dans la capitale du Fouladou. Ainsi des prières ont accompagné l’ancien commissaire afin qu’il poursuive sa mission au commissariat urbain de Rufisque où il a atterri comme chef de service. Tout comme la mairie, les différents segments de la sociétés professionnelles n’ont pas tari d’éloges sur l’enfant de Badiana, qualifié d’exemple type d’un chef de service au service de son peuple et de sa nation.

EL HADJI MAEL COLY