KOLDA : Diassina, un village à la recherche d’une existence meilleure

Fondé en 1836 dans la nouvelle commune rurale de Thiéty arrondissement de Saré Bidji, le village de Diassina est distant de la ville de Kolda de 28 kilomètres. Une distance praticable aujourd’hui sur seulement vingt kilomètres grâce à la réhabilitation du tronçon par une entreprise privée. Ainsi, les huit kilomètres qui séparent Diassina de Thiéty, sont un véritable parcours du combattant. Une route très cahoteuse où es véhicules ont du mal y rouler au grand dam des populations de la contrée. Cette route en très mauvais état ne facilite pas les évacuations sanitaires encore que Diassina ne dispose que d’une simple case de santé fonctionnelle, à côté d’une maternité qui n’existe que de nom. Ici, les évacuations sanitaires se font par charrettes ou par des motos. Avec plus de 478 habitantes et habitants au dernier recensement, les activités principales de Diassina restent l’agriculture et l’élevage traditionnel des bovins et des caprins, mais aussi la volaille. La riziculture est pratiquée sur des vallées mortes situées au-delà du village. Dans ces maux de désolation qui gangrènent la vie des populations, le réseau téléphonique n’existe pas dans le village et alentours. A Diassina, le téléphone ne sonne pas et n’émet pas une communication avec le monde extérieur du village. A en croire le chef de village « quelque fois les jeunes se mettent en haut des arbres à la recherche d’un réseau qui s’l existe en ce moment, c’est à très faible niveau ». Cellou Mballo a fait le plaidoyer devant les autorités à l’occasion de la journée régionale de l’alphabétisation célébrée dans ce village. Malgré tout, Diassina a une école élémentaire de huit classes pédagogiques pour un effectif total de 372 élèves logés dans des salles de classes construites et équipées en partie par l’état et ses partenaires. Cette école élémentaire est pourtant crée depuis 1977 et jusqu’ici peine à atteindre un cycle complet. A côté de l’école élémentaire, l’enseignement moyen suit son cours à Diassina avec un collège de proximité crée depuis 2012. Ici, 256 élèves sont répartis dans neuf classes pédagogiques logées dans des salles de classes entièrement en abris provisoires. Dans l’enseignement élémentaire comme dans celui moyen, les effectifs des filles ne sont pas trop élevés à cause des mariages précoces qui continuent de faire fois, malgré les multiples campagnes de sensibilisation pour le maintien des filles à ‘école. Autant de difficultés qui font dire aux habitants qu’ils sont « les laissés pour compte de tous les gouvernements qui se succèdent au Sénégal ». Ainsi avec ses braves femmes qui s’activent çà et là dans le développement, Diassina mérite une attention particulière pour sortir ses habitants des ténèbres de l’antiquité en ce 21ème siècle.
EL HADJI MAEL COLY