Kédougou : Partage des résultats de la cartographie des interventions

La salle polyvalente du PADAER de Kédougou a abrité ce mercredi 3Août 2016, une réunion de partage des résultats de la cartographie des interventions en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

En 2014, le  Sénégal a adopté un nouveau modèle de Développement dénommé « Plan Sénégal Emergent » avec comme ambition de favoriser une croissance économique à fort impact sur le Développement humain d’où la vision « Un Sénégal émergent en 2035, avec une société solidaire, dans un Etat de droit »

Ainsi, pour améliorer la situation de sécurité alimentaire et de résilience au Sénégal beaucoup de projets et programmes interviennent dans les régions. L’identification de ces projets et programmes a conduit à la cartographie des interventions en sécurité alimentaire et nutritionnelle. La restitution des résultats de cette enquête est importante pour ces projets et programmes  intervenant dans l’opérationnalisation de la Stratégie nationale de Sécurité alimentaire et de Résilience(SNSAR)

« La SNSAR est bâtie autour de l’objectif  consistant à assurer aux populations sénégalaises une sécurité alimentaire durable et une meilleure résilience face aux chocs à l’horizon 2035. La SNSAR va être opérationnalisée par le Programme National d’Appui à la Sécurité Alimentaire et à la Résilience (PNASAR). La cartographie des interventions de sécurité alimentaire et de résilience constitue la première étape de la formulation du PNASAR qui suivra une démarche inclusive et participative » a indiqué M Mohamed Ali dit Séga Camara Secrétaire Exécutif du Conseil National de la Sécurité Alimentaire.

Il faut dire qu’au Sénégal les ménages sont constamment exposés à divers aléas sécheresses inondations invasions vols de bétail entre autres. C’est la raison de créer le système d’alerte précoce de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Les missions du Système d’Alerte Précoce est de prévenir et  de gérer les risques de sécurité alimentaire et nutritionnelle, en collectant, traitant et analysant les données pour renseigner des indicateurs de sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Ainsi, au cours de cette rencontre, les acteurs ont formulé comme principales recommandations la mise à disposition des outils et le renforcement de capacités des acteurs régionaux pour réduire les pertes de temps, la capitalisation des études des projets et programmes antérieurs.

Il a été dénombré 17 projets intervenant dans la région de Kédougou. Cependant, un problème d’harmonisation  des interventions des  projets et programmes persiste encore dans la région. Les impacts de ces projets sont invisibles dans les zones d’intervention. Il faudra penser au maillage du territoire afin que la chose arrive à l’ayant droit en évitant de créer un ilot de prospérité dans un océan de misère.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com