Kédougou : LIFESTRAW du projet Usaid Yaajeende pour sauver la vie de milliers d’enfants

Les Agents Prestataires de Services (APS) et les Volontaires de Nutrition Communautaire (VNC) viennent de bénéficier d’une session de renforcement de capacités sur l’utilisation des LIFESTRAW, dispositifs de potabilisation de l’eau pour la réduction des maladies diarrhéiques.
Ils sont une quarantaine de participants, (Agents Prestataires de Services, Volontaires de Nutrition Communautaire, Directeurs de Cases de Tout-petits (CTP), membres de comités de gestion de CTP) à prendre part à cette session de renforcement de capacités.
Assurer la disponibilité en eau potable chez les tout-petits
« Cette session de formation entre le cadre de notre programme eau hygiène assainissement qui a bénéficié d’une extension de 2 ans. Ce programme vise la question de l’eau potable. Il s’agira d’accompagner dans la mise en place d’outils pour assurer la disponibilité en eau potable en ciblant les tout-petits. Nous voulons tout simplement partager avec vous ce que nous voulons mettre en place pour les enfants de moins de 5 ans. L’objectif poursuivi est de contribuer à la réduction des maladies diarrhéiques et de la malnutrition chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes en âge de procréer (16 à 45 ans) » a indiqué M Modou Marie Diagne, le coordonnateur du projet Usaid /Yaajeende.
Ce programme se fixe comme objectifs stratégiques de renforcer le secteur privé (personnes ressources locales, VNC et APS) pour une meilleure disponibilité des produits et services liées à l’eau et hygiène, d’éliminer les déchets liquides et solides, de promouvoir le lavage des mains, d’améliorer la protection des sources d’eau, d’améliorer la manutention, le transport la conservation et le traitement de l’eau à domicile
L’inspecteur Mamadou Thiam, coordonnateur régional de l’Agence Nationale de la Case des Tout-petits et de la Petite enfance s’est réjoui de cette belle initiative et de la collaboration avec le projet usaid/Yaajeende.
« Si on en prend conscience de cette initiative, on fera de bonnes choses. Nous avons la responsabilité de gérer les enfants de 0 à 6 ans à travers l’approche holistique, Nous avons le devoir de leur assurer une éducation de qualité en assurant la santé, la nutrition. Nous avons l’ambition d’avoir des enfants bien préparés. Sur la question de l’eau nous saluons cette initiative pour son importance. Il n’y aura pas de place pour la théorie » a témoigné M Thiam.
Nos tout-petits sont des vecteurs d’opinions.
Il reviendra à la charge pour ajouter : « Kédougou région pluvieuse avec une forte mobilité de la population, nous sommes exposés aux maladies liées à l’eau. Nous avons tous à gagner. En plus du lavage des mains, l’eau potable est importante. Nos tout-petits sont des vecteurs d’opinions. Ils seraient de bons messagers auprès de leurs parents. Nous nous souhaitons que ce partenariat puisse durer pour arriver à sa phase d’extension vers les autres écoles. On minorera le déficit de communication. Ceux qui auront la chance de gérer ce matériel de bien l’entretenir.
LIFESTRAW, pour sauver la vie de milliers d’enfants
C’est pourquoi, en plus de la théorie, les participants ont reçu d’amples explications sur le dispositif LIFESTRAW.
« Le LIFESTRAWE est un dispositif de potabilisation de l’eau. Il purifie l’eau à 99% et a une durée de vie de 5 ans, une capacité de 50 l. Ce dispositif est capable de filtrer entre 70 000 et 100 000 l d’eau. C’est un dispositif qui ne nécessite ni pièces de rechange ni d’alimentation électrique » a indiqué Joseph Ibrahima Diouf, expert en communication du projet Usaid/ Yaajeende.
Il faut dire que dans cette phase test, il s’agit simplement de voir comment marchera le système mis en place dans les CTP avant de l’amplifier au niveau des écoles élémentaires.
Se mettre en synergie pour combattre le mal
Dans sa mise en œuvre de son programme eau hygiène assainissement, Usaid Yaajeende ne fera pas cavalier seul. Il travaillera de concert avec le projet santé/santé communautaire (USAID PSSC) dans le cadre de la collecte du nombre de cas de diarrhées dans les cases de santé mais également dans l’organisation de séances de dépistage. Le focus sera mis sur les APS (Agents Prestataires de Services, les VNC pour conscientiser les femmes à adhérer au système. Une franche collaboration sera liée avec les services existants notamment le directeur régional de l’assainissement, la brigade d’hygiène. Des connexions seront établies avec les communes afin de les impliquer dans le suivi et dans la mise en œuvre des activités de plaidoyer et des caravanes de sensibilisation, la réhabilitation des sources d’eau, la réparation des ouvrages et la création d’opportunités.
Trois options sont déclinées pour le suivi des indicateurs. Il s’agira de tester la qualité de l’eau par la réalisation d’enquête ménages, le suivi des cas de diarrhées recensé au niveau du district, le suivi de l’évolution du nombre de personnes utilisant les latrines et les produits de potabilisation
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com