Kédougou : Les paramilitaires conscientisés sur la maladie à virus de Ebola

L’ong la lumière a organisé ce jeudi 10 septembre 2015 un atelier orientation des corps paramilitaires sur la riposte contre Ebola. Cet atelier s’est déroulé à l’auberge Thomas Sankara.
Ebola, cette zoonose virale hémorragique hautement contagieuse a fait beaucoup de dégâts dans la sous-région. A la date du 16 Août dernier, les pertes en vie humaine sont estimées à environ 11 299 personnes. Suffisant pour que l’Etat du Sénégal tende le bras à tous les acteurs, la société civile et l´ensemble des partenaires à une synergie d´actions adossée sur un plan de riposte intégrant toutes les dispositions de prévention.
C´est dans ce contexte que l´Ong ‘’la lumière’’ et son partenaire OXFAM ont mis en œuvre un projet de renforcement de la veille et de l´alerte contre la fièvre hémorragique Ebola. Ce projet concerne les régions de Kédougou, Tambacounda et Kolda.
« Nous avions décidé d’appuyer les groupes EPC (Epargner Pour le Changement) afin de toucher au moins 100 000 personnes vulnérables dans les zones rurales des trois régions. Dans la mise en œuvre des activités, le Gouverneur de la région de Tambacounda avait souhaité que les corps paramilitaires soient formés parce qu’ils sont appelés à aller au front dès qu’un cas suspect se déclare. Trouvant l’initiative pertinente, nous avons décidé d’élargir cette activité aux corps paramilitaires de la région de Kédougou » a précisé M Aliou Bakhoum, le coordonnateur de l’ong la Lumière.
Il s’agit d’orienter les corps paramilitaires sur la riposte contre la maladie Ebola et les nouvelles stratégies de surveillance et de prévention des risques de contaminations possibles.
C’est pourquoi M Diamé Doucouré, le responsable du bureau de la surveillance épidémiologique, par ailleurs, point focal Ebola au niveau de la région médicale de Kédougou a accentué son propos sur les signes, les modes de transmissions, les techniques de prévention pour barrer la route à Ebola. Par la pratique, il a démontré pas à pas le processus d’un lavage correct des mains.
Il faut dire qu’en plus d’être un virus très dangereux apparu en 1976, Ebola est aussi le nom d’un cours d’eau situé au République Démocratique du Congo (RDC) où se baignaient les premiers contaminés.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com