Kédougou : Les élus locaux à l’école des marchés publics et…

L’Agence Régionale de Développement de Kédougou vient de boucler une série d’ateliers de formation de élus locaux des différents ordres de collectivités de la région sur deux thèmes majeurs : « La passation des marchés publics, » « la mobilisation des ressources dans une collectivité local ».
Au Sénégal, au sortir des élections locales de 2014, avec la mise en application de la réforme sur la décentralisation et le développement local et territorial, la communalisation intégrale a favorisé l’arrivée de nouveaux élus dont la plupart n’ont aucune formation leur permettant d’accomplir correctement leurs missions. Or, le Code général des collectivités locales accorde une place prépondérante au renforcement des capacités des élus locaux.C’est dans ce cadre que l’Agence Régionale de Développement(ARD) de Kédougou avec l’appui financier du PNDL a organisé 3 ateliers départementaux de formation au profit des nouveaux élus locaux de la région.

«Ces formations sont une exigence du code général des collectivités locales. Pour accomplir leurs missions, les collectivités locales disposent de services propres et s’appuient sur les services déconcentrés de l’Etat. Les élus des collectivités locales ont droit à une formation adaptée à leur fonction. Durant ces ateliers , nous avions mis le focus sur l’organisation, le fonctionnement et la gestion des collectivités locales sur la mobilisation des ressources au sein des collectivités locales » a indiqué M Kalidou Cissokho, le Directeur de l’ARD de Kédougou.

Un accent particulier a été mis sur les nouvelles modifications introduites dans le code des marchés publics pour faire bénéficier à l’ensemble des élus locaux des dispositions obligatoires du code des marchés publics et des recommandations de l’ARMP ,autorité de régulation des marchés Publics entité administrative indépendante, rattachée à la primature. Cette structure a pour mission d’assurer la régulation du système de passation des marchés publics et des conventions de délégation de services publics. La Direction Centrale des Marchés publics(DCMP) est un organe rattaché au Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan assurant le contrôle à priori.

Les participants ont été éclairés également sur l’allégement des procédures pour les communes dont le budget initial est inferieur à 300 millions de FCFA
« L’avis général, les avis spécifiques d’appel d’offres et d’attribution peuvent être affichés pour marchés de travaux de montant estimé inférieur à 50 millions et marchés de fournitures et service de moins de 25 millions. Dans le cas des Demandes de Renseignements de Prix simples ou restreintes, un nombre minimal de 3 candidats est ciblé. Pour tout marché de montant inférieur à 25 millions, la commune peut ne pas exiger des candidats, les pièces administratives prévues à l’article 44 du Code des marchés publics » a ajouté M Cissokho.
Toutefois, les principes directeurs du code des marchés publics restent la transparence, l’égalité d’accès des candidats, l’efficacité, l’économie, la promotion du secteur privé national et communautaire et le développement des PME.
Il faut dire que ces ateliers ont permis aux participants d’identifier les principales sources de revenus de leurs collectivités locales ,de lister les actions et stratégies adéquates pour l’accroissement des ressources des collectivités locales mais également de situer les rôles et responsabilités des différents acteurs dans la mobilisation des ressources financières.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com