Kédougou : Les bénévoles du préscolaire sont mécontents

En prélude de l’arrivée du ministre de l’Education nationale, attendu le 1er juin prochain sur la terre des hommes, les bénévoles du préscolaire commencent à grincer les dents. Ils fustigent le non-respect des promesses pour leur intégration dans le corps des enseignants.
Dans la région de Kédougou, ils sont environ 26 bénévoles à être dans cette situation. Recrutés depuis 2009 sur la base du Brevet de Fin d’Etudes Moyennes(BFEM), ces bénévoles n’ont toujours pas changé de statut malgré les promesses qu’on leur avait tenues.
« Nous avions été recrutés comme bénévoles dans les Cases des tout-petits. On nous avait promis qu’après deux ans de service, nous serions envoyés dans les écoles de formation pour devenir des volontaires, puis des maitres contractuels. Malheureusement entre temps, le niveau du recrutement a été relevé au Bac. Et nous n’avions que le BFEM. L’Etat va-t-il nous renvoyer après tout ce temps passé au service des communautés ? Nous ne savons plus à quel saint nous vouer » a témoigné M Kalidou Bâ, bénévole à la CTP d’Ibel.
Il reviendra à charge pour préciser leurs dures conditions de travail dans le préscolaire : « Nous avions rempli notre part du contrat dans des conditions extrêmement difficiles. Les communautés n’ont pas respecté leurs engagements par rapport à la question de notre prise en charge. Il faut que l’Etat accepte de faire un sacrifice pour nous soutenir. Nous avions opté pour ce bénévolat rien que pour apporter notre modeste contribution au développement de notre pays. Il faudrait que les plus hautes autorités de ce pays en soient conscientes » a-t-il ajouté.
Ils comptent profiter de l’arrivée de Sérigne Mbaye Thiam, le ministre de l’Education attendu à Kédougou le 1er juin 2015 pour lui porter leurs doléances. Déjà, des correspondances ont été adressées dans ce sens à l’Inspecteur d’Académie, au gouverneur de région, au coordonnateur de l’Agence Nationale de la Petite Enfance et de la Case des Tout-petits et aux syndicats d’enseignants.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com