Kédougou : Les acteurs locaux formés sur la Gouvernance foncière

L’association KEOH et son partenaire stratégique Actionaid Sénégal viennent de boucler une session de renforcement de capacités des acteurs locaux sur les directives volontaires pour une gouvernance foncière responsable.

Au Sénégal, la problématique de la gestion des ressources naturelles revêt une importance capitale. Les différentes crises alimentaires, économiques, énergétiques et financières ont poussé les différents acteurs à s’intéresser davantage à la terre. Cette ruée vers la terre a engendré comme conséquences l’accaparement des terres, le contrôle des ressources naturelles par les multinationales au détriment des producteurs, de la population autochtone. Cette situation débouche le plus souvent sur des conflits.

C’est pourquoi, la communauté internationale a engagé les différents acteurs à opter pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux fortes. C’est dans ce cadre que l’ONG Actionaid Senegal a lancé en partenariat avec KEOH et le Conseil National des Cadres Ruraux (CNCR) un vaste programme de gestion foncière et de lutte  contre l’accaparement des terres.

Ainsi pour permettre aux acteurs à la base de s’approprier de ces Directives, un atelier de formation a été organisé dans ce sens au Cdeps de Kédougou. Il a regroupé  pendant trois jours une quarantaine d’acteurs dont une vingtaine d’élus locaux des communes de Dimboli, Fongolimbi, Bandafassi et Kédougou.

« L’objectif général de cet atelier est de renforcer les capacités des acteurs locaux dans le domaine de la gouvernance foncière de manière générale et les directives volontaires en particulier pour mieux contribuer au processus de réforme foncière et la lutte contre l’accaparement des terres au niveau local » a précisé M Zacharia Sambakhé, facilitateur.

Les facilitateurs ont exhorté les participants à prendre le travail qui les attend sur le terrain comme un sacerdoce.

« En faisant ce travail, vous rendez service à votre pays. Ne soyez pas complexés dans ce travail. Le Sénégal a trop de problèmes. On ne peut pas injecter de l’argent, à injecter des connaissances  qui ne serviront à rien. Il faut profiter de ces moments pour renouveler nos connaissances en continuant à sensibiliser nos parents, les autorités, mais également à faire notre propre autocritique » a ajouté M Sambakhé

M Dialiba Tandian, Manager Principal de KEOH a abondé dans le même sillage pour requinquer  davantage les participants.

«  Au cours de cette formation, vous avez pu ressortir les différentes pressions et  agressions faites sur la terre dont nous avons besoin pour produire. Cette formation a fait renforcer vos capacités. Nous devrons  désormais constituer une force de pression pour pousser les autorités à prendre la bonne décision pour le bonheur de nos enfants dans le futur » a laissé entendre

Basée sur une approche d’apprentissage expérientiel, la démarche participative adoptée par les facilitateurs  a permis aux participants de s’impliquer  dans le processus d’apprentissage.

« Nous sommes satisfaits de la qualité de cette formation. Nous sommes sortis ragaillardis et prenons l’engagement de mettre à profit les connaissances acquises ici et de les démultiplier aux autres élus locaux et aux communautés. Désormais nous tiendrons compte de ces considérations dans nos pratiques » a témoigné M Salif Bâ, participant.

A terme cet atelier permettra aux participants de formuler des propositions de réforme foncière pour une meilleure sécurisation des droits fonciers des femmes, des jeunes, des exploitations familiales.

Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com