Kédougou : Le PADAER se dresse contre le bradage des récoltes

Une cinquantaine de producteurs viennent de boucler deux journées d’intenses négociations avec les opérateurs de marchés pour faciliter l’écoulement du surplus de production à des prix raisonnables.
Durant la campagne agricole 2015-2016, les pluies ont été au rendez-vous. Partout dans la région de Kédougou, les greniers sont pleins à craquer. Dans de pareilles situations, beaucoup de producteurs sont prompts à brader leurs récoltes dans les marchés hebdomadaires. C’est pourquoi, les responsables du Projet d’Appui au Développement de l’Agriculture et à l’Entrepreneuriat Rural(PADAER), ont initié ces journées de concertations, d’échanges afin de mettre les producteurs à l’abri du gaspillage et de la vente à perte. Ainsi, du 17 au 18 Décembre 2015, pendant deux jours, producteurs de maïs appuyés par le PADAER ont-ils été mis et en relation avec des opérateurs de marchés.
« Dans cette rencontre, il s’agit de discuter des enjeux de la commercialisation dans la dynamique de professionnalisation et de pérennisation des activités de production quantitative et qualitative, de former les producteurs sur la structuration des prix et les différents acteurs du marché, de fixer le prix du maïs » a indiqué M Hamat Ly, le chef d’antenne du PADAER à Kédougou.
A la suite de ces deux jours de concertations, les producteurs de maïs de la région de Kédougou ont décidé de vendre le kilogramme à 150 FCFA.
« Nous sommes très satisfaites de ces concertations. Nous avons fixé le prix du kilogramme de maïs à 150 FCFA. Nous avons défini définir la stratégie de collecte et identifié des lieux de groupage. Nous avons aussi compris que les clauses d’un contrat doivent être respectées à la lettre par les deux parties .Si toutefois le producteur néglige la qualité de sa production, il risque de perdre des clients. Nous devrons fournir des produits de qualité aux opérateurs de marchés » a témoigné Mme Taïba Sidibé, productrice de maïs à Bandafassi.
Des conventions seront signées les jours à venir avec des operateurs de marchés comme la sodefitex.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com