Kédougou : La lumière éclaire les orpailleurs sur les nouveaux règlements qui régissent l’orpaillage

L’ong la lumière vient de boucler un atelier de partage des nouveaux instruments juridiques réglementant le secteur de l’orpaillage traditionnel. Cette activité s’est déroulée au CDEPS de Kédougou sous la présidence de m. Mamadou Oumar Sow, adjoint au préfet de Kédougou.
Ces dix dernières années, l’intention des autorités à vouloir changer le caractère traditionnel de l’orpaillage a fait naitre des tensions de toutes sortes, dans ce sous-secteur. C’est ce qui a poussé les pouvoirs publics à prendre un certain nombre de mesures visant à assainir ce secteur. Il s’agit de l’arrêté portant organisation de l’orpaillage, celui définissant les couloirs d’orpaillage et enfin, celui portant création de comptoirs de commercialisation de métaux précieux. C’est pourquoi, l’ong la lumière et son partenaire OSIWA ont décidé d’accompagner le processus de réforme du secteur de l’orpaillage à travers la mise en œuvre du projet 2626 (réduction de la vulnérabilité des communautés face à l’avancée du front minier).
« L’objectif principal visé dans cet atelier est de renforcer les capacités des orpailleurs sur le nouveau régime juridique de l’orpaillage afin de les amener à comprendre. Il existe un nouveau régime juridique qui réglemente la pratique de cette activité. Cette rencontre est aussi une occasion pour les conscientiser sur les risques de l’utilisation des produits chimiques. C’est pourquoi, nous leur demanderons de mettre en place des sites homologués pour le traitement ainsi pourront-ils contrôler l’utilisation de ces produits qui sont très nocifs pour la santé et pour l’environnement » a précisé M Aliou Bakhoum, chef d’antenne de l’ong la lumière à Kédougou.
Il faut se formaliser pour faire face à l’Etat
M Mamadou Dramé président de la fédération des orpailleurs de Kédougou a saisi cette occasion pour exhorter ses collègues orpailleurs à se formaliser davantage.
«Je vois beaucoup d’avantages dans la formalisation, c’est l’union fait la force .Alors si les orpailleurs sont formalisés, ils pourront demander des périmètres d’exploitation artisanale allant jusqu’à 50 ha. Ces périmètres d’exploitation sont permis à tout un chacun surtout à ceux qui ont des GIE, évoluant déjà dans la zone. Chaque village dispose de deux à trois GIE pour demander l’exploitation artisanale. Nous pouvons faire une délégation pour aller rencontrer le ministre des mines pour qu’il puisse alléger certains points pour permettre à chacun d’accéder à ces sites » a-t-il confié.
Il reviendra à la charge pour décliner ses attentes par rapport à cet atelier de renforcement de capacités. « Au sortir de cet atelier nous attendons des informations complémentaires sur les mécanismes du processus de la formalisation et les mesures d’accompagnement qui sont jointés au processus »
Qui ignore la loi tombera sous son coup
Le représentant de l’administration a salué à sa juste valeur l’organisation de cet atelier de partage sur le nouveau régime de l’orpaillage.
« Il est important que tous les orpailleurs soient informés sur l’ensemble des mesures organisant le sous-secteur de l’orpaillage. L’ignorance de ces mesures amène les orpailleurs à tomber sous le coup de la loi. J’encourage l’ong la lumière à augmenter son engagement pour aider les orpailleurs » a indiqué M Mamadou Oumar Sow, adjoint au préfet de Kédougou.
Ainsi au cours des travaux, Mamadou lamine Diagne, l’un des facilitateurs de cet atelier a partagé avec l’assistance sur l’ensemble des instruments juridiques réglementant le secteur de l’orpaillage. En fin pédagogue, à travers de petits résumés, il parvint à partager les contenus des différents instruments juridiques notamment L’arrêté portant sur l’ouverture des comptoirs de commercialisation, l’arrêté portant de l’utilisation des matériels de concassage entre autres.
Les travaux d’ateliers ont débouché sur l’élaboration d’un plan d’action dont la mise en œuvre permettra de solutionner les différents problèmes soulevés au cours de cette rencontre.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com