Kédougou : Insalubrité, le maire veut désamorcer la bombe écologique

Mamadou Hadji Cissé, le député maire de la commune de Kédougou a procédé ce mercredi 6 mai 2015 au lancement de l’opération Kédougou « ville propre » pour désamorcer la bombe écologique avant qu’elle n’explose.
Au Sénégal, la gestion des déchets a toujours été la « bête noire » de la plupart des collectivités dont les ressources sont assez limitées pour prendre en charge cette question. C’est ce que l’’Etat a compris en mettant en place dans les régions des unités de coordination et de gestion des déchets afin de soulager les collectivités locales dans la gestion des ordures.
Plus d’une vingtaine de dépôts sauvages répertoriés
A Kédougou, la mission d’exploration effectuée par l’unité de coordination et de gestion des déchets pour voir l’ampleur des déchets au niveau de la commune.
« Nous avions répertorié plus de 21 dépôts sauvages dans la commune. Ces dépôts sauvages ont tous été géo référencés au niveau de l’assiette foncière de la commune de Kédougou. C’est ce qui justifie cette mission de mise à niveau par rapport à la situation que nous avions trouvée. Nous sommes venus avec du matériel (une pelle mécanique et deux camions-pelles) pour pouvoir apporter une solution à ces décharges sauvages » a indiqué M Lamine Kébé, coordonnateur régional pool technique par ailleurs, assistant technique résidentiel du pool Tambacounda-Kédougou.
Il a par ailleurs magnifié le partenariat entre l’unité nationale de gestion des ordures et le conseil municipal de Kédougou non sans évoquer les dangers des ordures.
« Les dépôts sauvages sont une bombe écologique, qui dort avec nous, avec les populations. C’est un véritable risque pour les communautés. Les dépôts sauvages portent atteinte à leur santé physique et morale .La prise en charge peut être lourde. A cela s’ajoutent les risques d’inondation. Kédougou possède un relief accidenté, s’il y a des dépôts sauvages partout, il y aura blocage de l’écoulement des eaux. La commune de Kédougou est dans une situation stratégique, frontalière avec beaucoup de pays ne mérite pas cela ».
Il faut désamorcer la bombe écologique…
Mamadou Hadji Cissé, le maire de la commune de Kédougou est plus que jamais déterminé à changer cette mauvaise image de Kédougou afin qu’elle soit une ville propre, très propre d’ailleurs.
« Ma priorité c’est l’assainissement, c’est l’environnement. Sans l’assainissement, on ne peut pas avoir une bonne santé. Et sans une bonne santé, aucune éducation n’est possible. J’ai trouvé une ville trop sale. C’est très désolant la situation que j’ai trouvée sur place. Il ne faut pas croiser les bras même si les communes sont dépourvues de ressources. Il faut que je la rende propre, je me réjouis surtout de la volonté de l’Etat à accompagner les collectivités locales .Nous allons travailler avec les unités de coordination et de gestion des déchets. Ce sera un travail de tous les jours. Déjà, nous avons installés des poubelles au niveau de la principale artère de la commune (la RN7)».
Utilisateurs et producteurs de sachets en plastique vous êtes avertis
« Nous avons voté une loi à l’assemblée nationale interdisant la production et l’utilisation du plastique. Ces des déchets sont extrêmement dangereux pour le Sénégal. Cette loi va entrer en vigueur dans les dans 6 mois à venir. Les commerçants qui vendent les sachets d’eau vont trouver d’autres méthodes de conservation de l’eau. Ces déchets ne sont pas dégradables et à la longue, les terres ne seront plus cultivables »
Loin de là, un site a été identifié par le service de l’environnement pour recevoir les déchets. Le conseil municipal de Kédougou est également en train de travailler avec l’association des maires francophones en vue de la production de biogaz, de la création d’un centre de tri des déchets selon leur nature et d’une unité d’incinération.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com