Kédougou: 3 communes s’engagent pour une ligne budgétaire dédiée aux enfants

La coordination régionale de la CONAFE Kédougou accompagnée du chargé de programme de CONAFE/Sn a facilité des rencontres de partage entre les enfants et les conseillers municipaux de trois communes où les maires ont pris de solides engagements
Ces 6, 7 et 8 décembre, la CONAFE a mené une mission de suivi au niveau des communes pilotes du programme de budgétisation sensible aux droits de l’enfant. Ainsi pendant ces trois jours, le chargé de programmes de la CONAFE/Sn et l’assistant permanent de Kédougou accompagnés du président du Conseil Consultatif Départemental des Enfants et des Jeunes (CCDEJ) se sont rendu respectivement dans les communes de Saraya, Dakatély et Salémata.: «Dans les différentes communes, la démarche consiste en deux parties, d’abord une harmonisation avec les enfants afin de les préparer. Et ensuite la rencontre des enfants avec l’équipe municipale » a indiqué M Moustapha Mbodj, le chargé de programme à CONAFE/Sénégal.
Les enfants se portent candidats pour la sensibilisation sur leurs droits
Au cours des débats, les enfants ont eu à poser leurs préoccupations sur la table des Maires des différentes communes. A cet effet, plusieurs problèmes sont ressortis relatifs à la spécificité de chaque commune. Il s’agit surtout des mariages et grossesses précoces, les difficultés d’accès à l’eau notamment dans les écoles, les toilettes et spécifiquement à Saraya le travail des enfants. Cependant dans la commune de Dindéfélo un grand pas a été fait sur le problème des mariages précoces. «Je peux garantir que les mariages précoces tendent à disparaitre dans la commune. Un jour par hasard dans un mariage j’ai entendu l’Imam demander l’extrait de naissance avant de bénir le mariage» a témoigné M Kikala Diallo, le Maire de Dindéfélo.
Afin de lutter contre ces problèmes, les enfants ont décidé de mener des séances de sensibilisation auprès des communautés avec l’appui de CONAFE et des Mairies.
« Nous voulons que le Maire parraine notre cadre. Si nous sommes bien structurés et formés, nous pourrons communiquer sur nos problèmes. Certains parents ne maitrisent pas bien les droits de l’enfant parce qu’ils n’ont pas étudié ou ne sont pas allés loin dans leurs études. Nous voulons constituer un Conseil Municipal des Enfants» a lancé Aminata Camara, jeune fille de 10ans, élève à Saraya.
Les maires s’engagent
Suite aux échanges avec les enfants, tous les maires ont pris l’engagement d’accompagner les enfants. Ils sont disposés à dédier un montant à la protection de l’enfant. Le plus commun des engagements reste la mise en place du Conseil Municipal des Enfants.
«Je trouve qu’il y’a un énorme potentiel en ces enfants. A notre niveau, nous allons les accompagner et faire d’eux notre conseil municipal des enfants. Ils pourront nous aider à mener certaines sensibilisations mais aussi rendre visibles les actions de la mairie. Avec les consultations citoyennes à venir, nous allons impliquer les enfants et au finish nous verrons comment trouver un montant pour prendre en charge les questions de l’enfance » a promis M Gassamo Dembélé, le premier adjoint au Maire de Saraya.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com