Il y a des conflits fonciers à foison dans notre pays

Un atelier régional de partage sur les axes de modernisation de la question du foncier s’est tenu hier, à Ziguinchor, sous l’égide du gouverneur de région en présence de plusieurs élus locaux de Sédhiou, Kolda et Ziguinchor. Lors de cette rencontre, le directeur du Projet d’appui à la réforme de la gestion du foncier urbain (Pagef) a attiré l’attention des participants sur la question foncière au Sénégal.

Selon Macodou Guèye, les conflits fonciers sont nombreux au Sénégal. D’où la nécessité de rationaliser et rendre plus transparent le dispositif de gestion foncière. Mais aussi, d’améliorer la disponibilité, la fiabilité et l’accessibilité des données foncières et domaniales.

La question des litiges fonciers se pose avec acuité au Sénégal. Il ne se passe pas une semaine sans que des populations élèvent la voix pour dénoncer la spoliation de leurs terres par des promoteurs immobiliers ou autres individus. Soit, les populations elles-mêmes entrent en conflit pour réclamer leur propriété foncière. C’est pour trouver des solutions face à ce problème que le Projet d’appui à la réforme de la gestion foncière (Pagef) a réuni plusieurs élus locaux des régions de Sédhiou, Kolda et Ziguinchor. Car cette question crée souvent des  foyers de tensions dans la partie sud du Sénégal.

Dans son intervention, Macodou Gueye a rappelé les nombreux conflits nés des litiges fonciers. «La gestion du foncier pose un certain nombre de problèmes. Tous les acteurs qui interviennent dans le foncier sont d’accord qu’il faut arriver à réformer cette gestion. C’est pourquoi, nous avons réuni tous les élus locaux et les acteurs afin d’échanger sur cette question», indique le directeur du Pagef avant de soutenir : «il y a des conflits fonciers à foison au Sénégal». Selon Macodou Guèye, de nombreux conflits à caractère foncier sont connus à travers le Sénégal. C’est pourquoi, il demande la révision du cadre réglementaire et législatif du foncier.