Il tue sa femme et ses deux enfants à Londres…Et se réfugie au Ghana

Le meurtrier présumé d’une actrice britannique et de leurs deux fils, dont les corps ont été retrouvés récemment à Londres, a été arrêté au Ghana où il avait pris la fuite, a annoncé dimanche la police ghanéenne.
Arthur Simpson-Kent est accusé du meurtre de sa compagne, l’actrice Sian Blake, connue notamment pour son rôle dans la série britannique Eastenders dans les années 90, et de leurs deux fils, Zachary et Amon, âgés de huit et quatre ans.
Selon plusieurs médias britanniques, Mme Blake et ses fils ont été vus pour la dernière fois le 13 décembre dans le quartier d’East London. Suite à un avis de disparition, M. Simpson-Kent a été interrogé à leur domicile, dans le même quartier, le 16 décembre, avant de disparaître à son tour.
Les corps des trois victimes ont finalement été découverts plus tôt ce mois-ci dans leur jardin, puis identifiés par les services de police, rapporte la BBC.
M. Simpson-Kent « qui a fui le Royaume Uni, s’est rendu à Glasgow, en Ecosse, d’où il a pris un vol pour le Ghana via Amsterdam le 19 décembre 2015 », a déclaré Prosper Ablor, directeur général du département d’investigation de la police criminelle ghanéenne à la presse.
M. Simpson-Kent a été arrêté « très tôt samedi 9 janvier » sur la côte ghanéenne, « dans les fourrés où il se cachait, près de la ville de Butre », « grâce à l’aide des habitants » et au terme « d’une recherche intense », a précisé M. Ablor.
« Il était armé d’un couteau. Il a été désarmé puis arrêté », a-t-il poursuivi. « Nous attendons une demande formelle de la part des autorités britanniques afin de démarrer la procédure d’extradition », a ajouté M. Ablor.
Assis sur une chaise les mains attachées dans le dos, vêtu d’un t-shirt gris, les yeux fixant le sol, le suspect a assisté à la conférence de presse.
Graeme Gwyn, inspecteur-détective en chef de la police métropolitaine, également présent, a salué la coopération des autorités ghanéennes dans cette affaire et a dit être à Accra pour s’assurer « que justice soit faite », « pour la famille de Sian et des garçons ».
AFP