Hygiène des femmes au Sénégal : Une batterie d’artifices pour être jolie

On identifie la femme sénégalaise à sa beauté et à son attachement à son bien-être. A côté de tous les artifices auxquels elle s’adonne pour être jolie, la question de l’hygiène se pose pour certaines. Car, même si cela semble aller de soi, son accomplissement n’est pas des plus évidents. Dans la société sénégalaise, l’hygiène d’une femme comporte plusieurs paramètres, tous indispensables et primordiaux. Mais, une méconnaissance et certaine ‘’paresse’’ posent problèmes.

Le concept semble banal. Mais, au fond, les choses ne sont pas aussi simples. L’hygiène de la femme regroupe plusieurs paramètres. En se penchant plus sérieusement sur la question, on se rend compte qu’effectivement, « tout ce qui brille n’est pas or ». En d’autres termes, ce n’est point parce qu’on est présentable et propre au paraître qu’on est hygiénique. Pour une femme, plus particulièrement, il en faut beaucoup plus que ça. A différents niveaux. « Rien que pour l’hygiène corporelle, il faut beaucoup de rigueur. Notre structure physique comporte beaucoup de coins et recoins susceptibles d’être source de malpropreté. Une simple négligence de notre part remet en cause notre hygiène. A vrai dire, c’est complexe », pense cette jeune dame, propriétaire d’un salon de coiffure aux Hlm Grand Yoff. Chrétienne de confession, Fifi, qui a en permanence des jeunes filles sous sa coupe, avoue qu’elle se rend compte, chaque jour, que ces dernières perçoivent mal l’hygiène. Et pourtant, elles sont obligées d’être en contact direct avec les clientes, qui peuvent être très exigeantes. « Il faut qu’elles sentent bon et qu’elles soient propres. Je leur ai acheté à toutes des tenues de travail qu’elles lavent tous les deux jours ; et à la fin du mois, je leur offre des déodorants. Le point le plus important sur lequel j’insiste, c’est aussi l’environnement. Le salon et les toilettes ne doivent jamais être insalubres ».