Gérard Sénac taxe les gros porteurs…A hauteur de 2 millions

Le Président de l’Union sénégalaise des transporteurs routiers (Ustr), Mbargou Badiane, et ses camarades sont très remontés contre le Directeur général de Eiffage Sénégal, Gérard Senac. En assemblée générale hier à la Chambre de commerce de Dakar, pour faire le bilan du projet de renouvellement des gros porteurs, ils ont tiré à boulets rouges sur Sénac. M. Badiane reproche à Eiffage d’avoir instauré des taxes inadmissibles sur la surcharge à l’essieu. Le chauffeur du camion immatriculé DL 4552 D l’a appris à ses dépens. Pris avec une surcharge d’une tonne 370 kilogrammes sur l’autoroute à péage par les services de Gérard Senac, il a été sommé de payer une amende de 2.222.000 francs Cfa. Une somme jugée exorbitante par les gros porteurs. Mbargou Badiane dénonce cette pratique qui est, à ses yeux, de l’usure. Le président l’Ustr demande ainsi l’intervention des autorités pour arrêter cette pratique et revoir les pénalités à la baisse, parce que, dit-il, les tarifs de la Senac sont hors-normes.

Le Président de l’Ustr, Mbargou Badiane, a exprimé par ailleurs son satisfecit quant à l’avancement du projet de renouvellement du parc des gros porteurs. Il a promis devant ses camarades transporteurs la livraison imminente aux premiers souscripteurs de 73 camions stationnés au Cices. Ces derniers bénéficieront de l’accompagnement du cabinet «Capital Finances». Les transporteurs bénéficiaires des véhicules verseront 1,5 million Fcfa et recevront également une prime de casse de 5 millions, lorsqu’ils remettront leurs vieux camions. Le vice-président de la Coopérative nationale des entreprises de transport de marchandises (Cnetm), le député Diop Sy, s’est réjoui de l’adhésion massive des transporteurs au projet. L’objectif du projet est d’acquérir plus de 3.000 camions de marque Sinotruck d’une valeur totale de 250 milliards, pour une durée de 5 ans. Mbargou Badiane annonce aussi l’implantation d’une usine de montage de camions. A travers ce projet, le Sénégal veut réduire les coûts du transport et améliorer la compétitivité du secteur routier au Sénégal, dans la sous-région etc.