Fatou Bintou Djibo demande aux Etat côtiers d’améliorer la gouvernance des ressource marines

Sur les 795 millions personne frappée par la faim chronique, dénombré  par la Fao  en 2015,  à travers le monde, l’Afrique sub-saharienne demeure la région où la prévalence de la sous alimentation est plus élevé. Dès lors,  Madame Fatou Bintou Djibo, le représentant  résidant  du  Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) au Sénégal a invité ce vendredi 6 pays  côtiers (regroupant le  Cap-Vert, la  Gambie, la Guinée, la Guinée Biseau,  la Mauritanie, le Sénégal et la Sierra Léon) à amélioré  la gouvernance des ressources maritimes.  Ces pays  viennent de bénéficier d’une rallonge de  2 ans  sur un projet dénommé l’écorégion Wamer,  d’un  budget estimé à  10,5 millions. Ce projet  co-financé par l’Union européenne (Ue) et le Pnud prend fin en 2017. «Pour avancer de façon significative vers la sécurité alimentaire à l’échelle de l’écorégion Wamer, une cohérence et convergence doit nécessairement existé entre les politiques et les programmes appliqués les pays et les partenaires techniques et  financier » a   indiqué Madame Djibo. D’après elle, ce projet est une opportunité, offerte aux pays susmentionnés pour  favorise la synergie des expériences entre les pays côtiers. « Ce projet est un facteur d’intégration et  une plate forme de concertation et de l’identification des réponses optimale la gouvernance des ressources marine et côtières » a-t-elle annoncé  sur les perspectives qui s’ouvrent sur la façade  maritime  de ces pays d’une longueur  de 3500  km et abritant 32 millions d’habitants.