Effondrement de maisons…L’Etat durcit la loi sur le fer à béton

Au Sénégal, l’Etat cherche à améliorer la qualité des constructions car chaque semaine, des maisons et des immeubles s’effondrent. L’une des raisons concerne les matériaux de mauvaise qualité. Une nouvelle loi vient ainsi régir un secteur très puissant du bâtiment, celui du fer à béton. Ces fers sont, en fait, le squelette métallique des bâtiments.

Après une nouvelle forte pluie, fin août, la dalle de la maison d’Adama Dione, habitant de Pikine, s’est effondrée.

« On dormait et d’un seul coup, on a entendu : boom ! Nous avons vu deux personnes qui sont mortes. Je peux vous dire que ce sont les fers à béton parce que s’il y avait des maçons qualifiés, cette chute n’aurait pas eu lieu », affirme-t-il.

Comme pour ce logement, la mauvaise qualité des fers à béton est à l’origine de ce type de catastrophe. L’Etat pointe du doigt les entreprises locales qui ne respectent pas toujours les normes.

« Il y a, sur le terrain, plus d’une dizaine d’industries. Face à une forte concurrence, ils ont dû baisser les prix jusqu’à un certain niveau, mais cela a eu aussi comme conséquence une baisse de la qualité. De ce point de vue, cet arrêté va nous permettre vraiment de régler ce problème », souligne, pour sa part, Ibrahima Sarr, responsable de l’Unité de mesure au ministère du Commerce.

L’arrêté signé par les autorités oblige les entreprises qui fabriquent des fers à béton à déclarer leurs stocks pour permettre une bonne traçabilité ainsi que le strict respect de normes internationales.

« Ces secteurs méritent des mesures techniques avec des diamètres, des longueurs et des caractéristiques mécaniques dites normalisées, ce qui va consacrer un retour à l’orthodoxie », explique le ministre du Commerce, Alioune Sarr.

Il appartient désormais aux services de contrôle, et notamment aux douanes, de faire respecter cette nouvelle réglementation sur la fabrication et le commerce des fers à béton.