Economie, politique et justice à la une des quotidiens

La désignation de deux entreprises turques par l’Etat du Sénégal pour terminer la construction de l’aéroport international Blaise-Diagne, le bras de fer entre la maire de Dakar et le ministère du Renouveau urbain, et le dossier judiciaire de Karim Wade dominent l’actualité, dans la presse du weekend.

« La Turquie va terminer les travaux de l’AIBD », titre sobrement Le Soleil, en expliquant que l’entreprise turque Summa va achever la construction de cet aéroport situé à Diass, une commune sise à une cinquantaine de kilomètres de Dakar.

« Cette même entreprise et son partenaire Limak pourraient participer à la gestion de cette infrastructure. La décision a été prise par le président de la République, Macky Sall, et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, qui a fait une escale ( …) de quelques heures à Dakar », ce vendredi, rapporte Le Soleil.

« Macky Sall ‘vend’ l’AIBD aux Turcs », écrit Sud Quotidien. Il précise que la décision a été prise « à la suite du différend entre l’Etat du Sénégal et le groupe saoudien Saudi Bin Laden Group », qui s’occupait des travaux.

« Entre l’Etat du Sénégal et l’entreprise (…) Saudi Bin Laden Group, le divorce est définitivement consommé », commente Grand Place.

« Nous allons construire trois infrastructures en onze mois, à Diamniadio », assure dans le même journal le patron de la société Summa, Selim Bora. « Nous avons construit le Centre international des conférences Abdou-Diouf de Diamniadio en 300 jours. Nous allons faire la même chose avec ces trois infrastructures », a promis M. Bora.

Pour rappel, lors de l’escale du président turc à Dakar, la Turquie a aussi pris l’engagement de construire dans la capitale sénégalaise un « hôtel cinq étoiles », un « stade multifonctionnel » et un « marché ».

Concernant les affaires judiciaires, Walf Quotidien affirme que « la liquidation de Karim [Wade] est en marche ».

« Les biens de Karim Wade que l’Etat compte transférer dans son patrimoine sont chiffrés à 138 milliards de francs CFA, des biens comprenant des voitures de luxe, des comptes bancaires, des immeubles, des terrains, des appartements… » note ce journal.

Walf Quotidien voit dans ce dossier judiciaire un « plan de l’Etat pour ruiner Wade-fils » et signale que l’audience prévue ce vendredi devant le juge des référés a été reportée au 19 février.

Les avocats de l’ancien ministre « étaient hier devant le juge des référés pour introduire une demande de main levée sur ses comptes bancaires », écrit Le Témoin Quotidien, confirmant le report de l’audience à la date du 19 février.

L’Observateur fait état d’une « nouvelle escalade dans la guerre de Dakar », une allusion faite au litige opposant la mairie de la capitale au ministère du Renouveau urbain, qui se disputent un projet d’aménagement de la place de l’Indépendance.

« Le maire de Dakar (Khalifa Ababacar Sall, Ndlr) décline l’offre de médiation d’Aliou Sall », le président de l’Association des maires du Sénégal (AMS), qui dirige la mairie de Guédiawaye, affirme ce journal.

« Le président de l’AMS a tenté de mener une médiation dans le bras de fer qui oppose Khalifa Ababacar Sall à Diène Farba Sarr, au sujet du projet de réaménagement de la place de l’Indépendance. Mais le maire de Dakar lui a signifié qu’il ne compte plus négocier avec le ministre » du Renouveau urbain, écrit L’Observateur.

Le Quotidien se fait l’écho des menaces d’un « djihadiste sénégalais », qui aurait déclaré : « Le Sénégal va savoir qu’Allah nous a choisis. »

« Le Sénégal qui se fait menacer par un de ses propres fils : c’est ce qui transparait dans les propos d’un djihadiste sénégalais âgé d’une trentaine d’années. Ce dernier, qui s’est confié à RFI, menace de venir combattre son pays », ajoute le même journal. Il signale que le ressortissant sénégalais s’exprime depuis Syrte (Libye).

Libération annonce qu’ »au moins trois combattants sénégalais sont morts en Libye, en 2015″. « Le dernier à être tué (…) l’a été lors de la fameuse bataille d’Al Sidra, un site pétrolier dont l’Etat islamique a tenté de s’accaparer », affirme-t-il.