Une chose grave se passe à la frontière entre le Sénégal et et le sud de la Gambie. Les populations sénégalaises  vivant le long de la frontiere renoncent à leur nationalité pour devenir gambiens. Elles le font pour pouvoir bénéficier de soins de santé de qualité sans beaucoup dépenser, parfois gratuitement en Gambie. En effet, le Maire de la commune de Sindian, Yancoba Sagna renseigne que le gouvernement gambien a construit des infrastructures sanitaires de qualité et a subventionné les soins pour les populations qui ne payent pratiquement rien du tout. Mais pour accéder à cette prise en charge, il faut avoir la nationalité gambienne.
Les sénégalais de la frontière ne pouvant pas se soigner dans leur pays où il faut parcourir au moins 70 km de route impraticable pour trouver une structure sanitaire d’un plateau relevé, préfèrent prendre la nationalité gambienne et aller se soigner à moins de 5 km. Cette situation doit être corrigée a plaider le Maire de Sindian qui se préoccupe énormément de la santé de ses populations. Lui et ses conseillers invitent l’État à ériger le poste de santé de Sindian en hôpital de niveau 1 et le centre de santé de Bignona en hôpital de niveau 2. Yancoba Sagna estime qu’en le faisant, non seulement on rapproche d’avantage les populations des structures sanitaires de qualité mais on réduit les distances à parcourir et le nombre des évacuations. Par la même occasion, renforcer, les postes de santé au niveau des communes de l’intérieur en accompagnant l’option par un désenclavement de Cette partie du pays. Le maire de Sindian a fait ce plaidoyer Samedi à l’occasion du vote de budget de sa commune. Pour l’exercice 2017, le budget de la commune est arrêtée à la somme de 141 millions équilibré en recettes et en dépenses. L’éducation, la santé, la jeunesse, entre autres constituent les priorités fixées par le conseil municipal qui adopté à l’unanimité des conseillers présents les prévisions 2017.
L.BADIANE pour xibaaru.comcom
PARTAGER